FEFFS 2018 : "The Tower" de Mats Grorud

Dans un quartier du Beyrouth contemporain, Wardi, palestinienne de 11 ans, convoque auprès des membres de sa famille la mémoire collective, depuis que son grand-père Sidi a été expulsé comme des milliers d'autres en 1948, le jour de la Nakba, la Catastrophe pour tous les Palestiniens.

Film programmé au Festival Européen du film fantastique de Strasbourg (FEFFS) 2018

"The Tower" de Mats Grorud © DR "The Tower" de Mats Grorud © DR
Fruit de la rencontre de diverses histoires individuelles familiales de réfugiés palestiniens au Liban, le scénario de ce film d'animation documente une histoire qui n'a pas trouvé sa place dans les livres officiels : la parole des populations vaincues, l'histoire répétée du mépris à l'égard des Palestiniens depuis soixante-dix ans à présent! Pour revenir à l'enfance originelle de ce drame, le réalisateur utilise l'animation de marionnettes en stop motion et le dessin animé 2D pour l'évocation du passé, le tout raconté et suivi à travers les yeux d'une enfant à l'aube de son adolescence qu'elle aimerait pouvoir préserver hors des conflits. Or, nulle perspective pour les Palestiniens du Liban, dans ce quartier délabré de Beyrouth qui porte encore toutes les marques toujours non réparées de la guerre civile. Pour revenir sur le passé traumatique, l'animation se trouve être un excellent révélateur comme avait su le prouver avec une force incommensurable sur un sujet proche (le massacre de Sabra et Chatila des réfugiés palestiniens au Liban) Valse avec Bachir d'Ari Folman. Le temps d'une journée, la jeune Wardi va être le lien entre les membres de sa famille, la spectatrice attentive d'une mémoire traumatique qui lui donnera la force d'affirmer son identité palestinienne. De la Nakba, jour catastrophique pour les Palestiniens qui ont été violemment expulsés de leurs maisons au profit de la naissance de l'État d'Israël assoiffé de conquêtes de mépris des Droits de l'Homme, jusqu'à l'époque actuelle, le film raconte l'histoire des différentes défaites des Palestiniens à réclamer la justice au fil de plusieurs générations, plus d'un demi-siècle sans espoir dans l'avenir. L'espoir se situe alors pour le réalisateur de ce premier long métrage dans la prise de conscience de cette Histoire palestinienne.

 

 

The Tower
de Mats Grorud

Animation
80 minutes. France – Norvège - Suède, 2018.
Couleur
Langue originale : anglais
Scénario : Mats Grorud
Animation : Pierre-Luc Granjon, Hefang Wei
Musique : Nathanaël Bergèse
Son : Christian Holm, Erik Bjerknes
Montage : Silje Nordseth, Carsten Meinich, Anders Bergland, Margrete Vinnem
Distributeur (France) : Jour2Fête

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.