Billet de blog 28 juin 2017

Suite au colloque «Industries culturelles et entrepreneuriat au Maghreb»

En mai 2013 à Carthage s’est tenu un colloque organisé par l’université Paris 13 dont cet ouvrage est la compilation des différentes interventions.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À propos du livre Industries culturelles et entrepreneuriat au Maghreb sous la direction d’Abdelfettah Benchenna et Luc Pinhas

En mai 2013 à Carthage s’est tenu un colloque organisé par l’université Paris 13 dont cet ouvrage est la compilation des différentes interventions. Les industries culturelles sont déclinées en trois grands volets associés à une partie distincte dans cet ouvrage : le cinéma, l’édition et l’audiovisuel. Bien entendu, cela résulte d’un choix spécifique qui n’a pas de volonté à être exhaustif, de même que l’aire géographique choisie ne peut être explorée de la même manière pour chaque pays. Tout d’abord, ce sont trois pays qui sont ici étudiés, à savoir le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Il ne s’agit pas de la définition élargie du Maghreb selon l’Union du Maghreb arabe comprenant également la Lybie et la Mauritanie. En revanche, l’équilibre est assez bien établi dans l’étude de ces trois pays qui permet de mettre en avant des spécificités, comme par exemple l’édition musicale gnawa au Maroc, la télévision en Algérie et le cinéma en pleine effervescence au Maroc comme en Tunisie. Pour s’arrêter plus particulièrement sur l’industrie cinématographique, le constat pour l’Algérie est bien moins optimiste, comme en témoigne Abdelouehab Makhloufi (maître de conférences à l’université de Bejaïa) dans les vingt pages qu’il consacre à « La réalité de l’exploitation des salles de cinéma en Algérie et la dynamique de relance actuelle ». Ces études de cas permettent d’avoir une vision d’ensemble des dynamiques en cours dans cette aire géographique à partir de l’excellente collaboration entre universitaires des deux côtés de la Méditerranée. L’approche est souvent assez ardue à la lecture, le souci informatif étant privilégié à l’aspect littéraire. Car il n’est pas ici de rêver à la culture proprement dite mais plutôt d’en établir un constat économique dans une démarche « entrepreneuriale », autre mot dénué de charme.

Industries culturelles et entrepreneuriat au Maghreb
sous la direction d’Abdelfettah Benchenna et Luc Pinhas

Nombre de pages : 288
Date de sortie (France) : février 2016
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Socio-anthropologie des mondes méditerranéens

lien vers le site de l’éditeur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan