Mediapart n'en a rien à cirer du participatif, dont acte

Dont acte. Le part de Mediapart n'était qu'un argument marketing non réfléchi dont les conséquences n'avaient pas été anticipées. Les articles fleuves d'Edwy Plenel n'étaient que des interrogations et prises de position sur l'exercice du pouvoir par les autres et surtout pas une prise de recul par rapport à ce que devient l'action de quiconque détient une forme de pouvoir, donc de domination sur l'autre, et une réflexion sur la puissance de ceux qui, en respectant leur diversité, décident d'agir en commun.

Je ne m'épuiserai donc plus à tenter un dialogue avec une rédaction dont c'est le dernier des soucis. Mais je ne me désabonnerai pas pour autant.

Je continuerai à m'exprimer sur mon blog essentiellement à partir des recherches que je mène autour de l'oeuvre de Hannah Arendt. Je laisserai ouvert les commentaires mais les refermerai à la moindre attaque de trolls.

J'utiliserai les édition "Citoyen dans un monde numérisé" et "Imagination citoyenne" pour tenter d'initier des échanges sur ce que pourrait être un débat citoyen dans un monde numérisé avec toutes celles et tous ceux qui le souhaiteront mais avec comme préalable l'accord sur quelques règles, peu nombreuses, le permettant compte tenu des fonctionnalités limitées proposées par Mediapart.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.