L'avenir appartient-il à Homo-Pyxidis ?

Trois poussées technologiques, pour faire naître un nouveau Monde ...

En deux décennies, à peine, tout les secteurs d'activités humaines  ont été touchés concomitamment par la vague de trois phénomènes technologiques  :

  • La numérisation des "objets" et la création d'objets numériques. 
  • La transmission de ces objets numériques ou numérisés
  • La mise en réseau des émetteurs et/ou récepteurs de ces objets

La numérisation va de paire avec la transmission de données, ce que le terme de télématique (désormais désuet) recouvrait plutôt bien, Car c'est bien la question du transport et donc de la transmission de données qui a engendré le vaste phénomène de numérisation.

En lien avec la possibilité offerte par la "télématique" (transmission numérique de données) il y a la mise en réseau d'émetteurs/récepteurs  de données : l'internet, le web et ses évolutions, notamment vers les réseaux sociaux.

Il est presque impossible de trouver une seule activité humaine qui échappe encore, même indirectement,  à cette triple poussée technologique, qui ne peut être et ne peut rester uniquement technologique.

C'est à partir de ce constat qu'il devient en effet important de réfléchir : au delà du technologique qu'est-ce qui est déjà bousculé ? Qu'est-ce qui sera à terme bousculé ?

  1. La numérisation touche à notre représentation du monde "réel"(*) et ne va-t-elle pas finir par ne faire exister que ce qui est numérisable ou la version numérisé des "objets" réels ... et parmi ces "objet", l'être humain lui-même ? 
  2. La transmission à la vitesse de la lumière des données et objets numérisés transforme l'espace-temps : chacun est un peu partout et nul part à tout instant. Ou, pour le dire autrement, nous pouvons tous avoir une représentation de nous en Assemblée,en même temps et en différents points qui ne sont plus des lieux géographiques. Nos coordonnées "internet" (adresse IP, adresse e-mail, adresse URL) prennent le pas sur nos coordonnées géographiques. Et du coup ce sont les notions même de frontières géographiques qui se trouvent dépassées par d'autres frontières qui régissent la circulation des données, dont nos propres représentations, c'est à dire nos multiples "second-life", font en somme partie.
  3. La mise en réseau de ces "second-life", de ces "avatars" numériques, assurent une représentation de chacun de nous aux quatre coins de la planète, représentation désincarnée bien sûr, représentation limitée à ce qui est numérisable de l'être humain. Ce sont ces représentations qui pourtant sont en train d'habiter le monde et d'en prendre la direction selon des modalités qui n'ont été ni réfléchies, ni discutées, ni décidées, mais qui s'imposent toutefois.

... et pour faire émerger Homo-pyxidis

Comment ne pas se rendre compte que parmi les "objets" les plus facilement numérisables, il y a évidemment l'argent, les capitaux.  L'Homo-Pyxidis, c'est à dire cette espèce d'homme que je définirais par sa motivation et son habileté à faire de l'argent, à jouer avec des capitaux, est celui qui le premier tire profit du numérique, de la transmission des données et de la mise en réseau.  L'Homo-Pyxidis a développé ainsi ses capacités et créé de nouveaux "territoires" abrités derrière de nouvelles frontières qui n'ont plus rien de géographiques. Même les paradis fiscaux sont déjà partiellement off-shore ou hors sol et le seront sans doute totalement un jour, protégés par d'autres frontières, à l'abri de remparts eux-mêmes numérisés, contre lesquels les fourches des "manants et vilains" ne pourront rien.

L"Homo-Pyxidis a pu émerger, il est en passe d'assurer sa pré-éminence, sa domination sur l'Homo sapiens-sapiens.

... mais que devient Homo sapiens sapiens dans ce nouveau Monde ? 

Il se peut que tout soit à redéfinir, à commencer par l"essentiel : L'essentiel n'est-ce pas s'assurer que dans ce monde numérisé les droits "naturels" de l'Homme, ceux dont nous parle Rousseau, ceux qu'aucune loi ne peut abolir, restent la priorité des priorités humaines. Pour cela il faut réfléchir à ce que doit être le contrat social d'un monde numérisé, aux modes de gouvernement et aux modalités d'exercice de la démocratie, à la question des espaces de droits : doivent-ils encore être des "nations" aux frontières géographiques ? Quels seraient les Etats, et plutôt comment pourrait s'exercer les fonctions étatiques de ce monde numérisé ?

Vaste réflexion que je serais bien incapable de conduire ici,  qu'il faudrait bien pourtant commencer à engager. 

Mais une fois le décor rapidement planté, comme je viens de le faire, peut-être serait-il judicieux de commencer plus modestement par répondre à ces quelques questions, la liste n'étant pas exhaustive.

  • Que devient le professeur, l'éducateur, ou que devient la transmission du savoir et le savoir lui-même ?
  • Que devient la relation humaine, du soutien à l'amour, en pensant par la solidarité, la compassion, l'empathie, la fraternité ?
  • Que devient l'être humain lui-même, quel impact sur ses capacités neuro-cognitives et psycho-affectives ... Quelles mutations seront les plus adaptées aux numériques  au point de faire naître une espèce nouvelle ...  l' Homo-Pyxidis ? 

(*) A propos de représentation du monde réel : voici une application en ligne téléchargeable sur le site http://stellarium.fr/ (gratuite open source) qui permet non seulement de regarder le ciel en 3D, tel qu'il est chez vous à l'instant "t", mais aussi de le voir de n'importe quel point de la planète à l'heure, minutes et secondes qu'il vous plaira, mais aussi de le voir d'un point précis de la lune, de mars ou d'autres objets stellaire et inter-stellaires. Ainsi vous pourrez voir la future éclipse solaire du 21 juillet 2017, mieux que vous ne la verrez sans doute et sans risque de vous brûler les yeux. Et vous irez, pour la voir, vous poser au pôle Nord, au Pôle Sud ou à la cime de l'Himalaya, comme il vous plaira, passant d'un lieu à l'autre en quelques secondes. Puis pour rêver un peu, encore un peu, prenez la place de Pierrot, posez-vous sur la lune et faites défiler le temps, une année en quelques minutes, et regardez la planète bleue tourner sur elle-même et faire les révolutions qu'elle n'a pas encore faites. Pendant que vous rêverez,  Homo Pyxidis aura fait faire 100 fois le tour de la planète à votre argent déposé en banque sous forme  numérisée, vendant du gaz, pour acheter du riz, de la dette Espagnole pour acheter des titres ... à la poursuite d'on ne sait quel rêve ! S'il fait de bonnes affaires, ce sera sur votre dos, et s'il en fait de mauvaises, aussi ! Ainsi va le nouveau monde numérisé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.