«Iconoclaste, il faudra que la gauche le soit aussi»

Dominique Bertinotti, directrice de campagne de Ségolène Royal. © Xavier Lahache Dominique Bertinotti, directrice de campagne de Ségolène Royal. © Xavier Lahache

Dominique Bertinotti dénonce «un certain conformisme de la pensée unique».

«Il faudra compter au lendemain du deuxième tour des primaires avec les idées fortes de Ségolène Royal. Le succès de la gauche ne se fera pas sans elle.» Son résultat du premier tour lui paraît disproportionné au regard des idées et des propositions de réformes soutenues par Ségolène Royal (réforme du système bancaire, interdiction des licenciements boursiers, lutte contre la dérive de la marchandisation de notre société ...).

La volonté de Ségolène Royal : «changer les règles du jeu, promouvoir et mettre en place une gauche moderne, défendre la France de tous les Français pour redonner une voix aux sans-voix».

Je voudrais vous la nommer, vous parler d'elle.

Ténacité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.