Véronique Rigot
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Climatiques

Suivi par 23 abonnés

Billet de blog 10 déc. 2010

Véronique Rigot
Abonné·e de Mediapart

Un petit pas pour l’homme, mais pas de grandes avancées pour l’Humanité…

Dans les négociations internationales, chacun joue de ses intérêts, gouvernements comme organisations non gouvernementales. Une étude récemment publiée par le Réseau Action Climat européen (CAN-Europe) explique comment et pourquoi les entreprises européennes financent ceux qui nient les changements climatiques et notamment les voix américaines opposées à une législation. Retour sur les fondements de la controverse climatique, parce que pour certains, le « business as usual » vaut mieux qu'un accord ambitieux pour le climat...

Véronique Rigot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les négociations internationales, chacun joue de ses intérêts, gouvernements comme organisations non gouvernementales. Une étude récemment publiée par le Réseau Action Climat européen (CAN-Europe) explique comment et pourquoi les entreprises européennes financent ceux qui nient les changements climatiques et notamment les voix américaines opposées à une législation. Retour sur les fondements de la controverse climatique, parce que pour certains, le « business as usual » vaut mieux qu'un accord ambitieux pour le climat...

Ce jeudi 2 décembre était décerné à Bruxelles le prix du pire lobby climatique. Ce prix fait écho à une étude [1] très récemment publiée par le Réseau Action Climat européen (CAN-Europe) qui explique comment et pourquoi les entreprises européennes financent ceux qui nient les changements climatiques et notamment les voix américaines opposées à une législation. S'il est indéniable qu'il n'y a pas de vie sans le cycle du carbone, et que le forçage des végétaux au CO2 est une technique agronomique connue depuis longtemps, il est tout aussi prouvé que l'accumulation du CO2 (et des autres gaz) dans l'atmosphère est responsable de l'accentuation de l'effet de serre, qui, s'il est indispensable à la vie sur la planète, risque également de l'anéantir si son effet est trop accentué. Tout est question d'équilibre, et toute information scientifique mériterait d'être replacée dans son contexte global.

Bref retour en arrière : dès la mi-2009, les médias ont relayé une large controverse médiatique. Depuis trop longtemps, tous les avis semblaient converger dans un seul et même sens : l'heure est grave, il faut un accord international. Les attentes pour Copenhague étaient démesurées, le terrain était alors prêt pour une crise de confiance. D'abord, il y a eu le piratage de milliers de courriels et de documents scientifiques du Climatic Research Unit de l'University of East Anglia : le « climate gate » a contribué à semer le trouble dans les esprits à la veille de la Conférence de Copenhague. Ensuite, il y a eu l'échec de Copenhague lui-même : les Nations Unies en situation d'extrême faiblesse, incapables de réaliser les ambitions partagées par les peuples du monde entier, supplantées dans la dernière ligne droite par un petit groupe de pays puissants qui signent un « accord » pour sauver la face, Copenhague fut témoin de l'échec du multilatéralisme. Un échec politique certes, mais aussi un échec médiatique, où l'attention démesurée pour le sommet a mis une pression stérile sur les négociateurs et leurs responsables politiques, pression qui s'est ensuite retournée contre un bouc-émissaire, le Groupe intergouvernemental des experts sur l'évolution du climat (GIEC). Pourtant, cet organe scientifique mandaté par les Nations Unies pour publier des rapports qui font l'état des connaissances scientifiques ne porte aucune responsabilité ni dans l'échec de Copenhague, ni dans l'emballement médiatique autour de la question climatique. Le GIEC a honoré sa mission scientifique d'analyse et de recommandation au politique.

Nul doute que certains climato-sceptiques sont encouragés par les groupes d'influence qui n'ont pas intérêt à voir le « business as usual » changer. Il en va ainsi des parlementaires américains qui reçoivent des financements de grandes entreprises européennes, afin de renforcer leurs voix contre la législation climatique (dont le projet de loi est actuellement en cours d'examen au Sénat). Le Climate Action Network explique comment et pourquoi les entreprises européennes financent ceux qui nient les changements climatiques et les voix américaines opposées à une législation. L'influence des lobbies des grandes industries (chimie et pétro-chimie, agroalimentaire, automobile, métallurgie, textile,...) est en effet une réalité à laquelle aucun pays n'échappe. Des lobbies à la controverse climatique, il n'y a donc qu'un pas. Un petit pas d'homme qui empêche de grandes avancées pour les ¾ de l'Humanité qui subissent de plein fouet les effets des changements climatiques...

Véronique Rigot, CNCD 11.11.11


[1] CAN Europe, « Think globally, sabotage locally », an investigation of the Climate Action Network Europe ; October 2010 ; disponible à l’adresse http://www.rac-f.org/IMG/pdf/EU_businesses_supporting_US_deniers_FINAL_-1.pdf ou sur le site www.climnet.org. Le Climate Action Network Europe est réseau qui regroupe 130 ONG environnementales et de développement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost