Réforme territoriale: plus régressif il n’y a que la suppression des élections!

Avec la suppression du scrutin proportionnel régional de liste pour un scrutin uninominal à un tour par canton et la disparition de la parité dans les seules assemblées qui étaient (presque) paritaire le projet présenté en Conseil des Ministres le 21 octobre 2009 et qui viendra très prochainement devant l’Assemblée est terriblement régressif.
Avec la suppression du scrutin proportionnel régional de liste pour un scrutin uninominal à un tour par canton et la disparition de la parité dans les seules assemblées qui étaient (presque) paritaire le projet présenté en Conseil des Ministres le 21 octobre 2009 et qui viendra très prochainement devant l’Assemblée est terriblement régressif.
REGRESSION DE LA REPRESENTATIVITE
Avec un scrutin uninominal à un tour pour 80% des sièges, l’assemblée territoriale sera très majoritairement composée d’élus qui auront rassemblés contre eux plus de la moitié des suffrages....
Etre élu avec 15 ou 20% des suffrages "tout devient possible" ...
REGRESSION DE L’INTERET REGIONAL
L’assemblée ne sera plus constituée d’élus émanant des vastes circonscriptions que sont les départements, mais d’élus représentants “leurs” cantons. Belle manière d’accroître la défense de l’intérêt général des Régions.
REGRESSION DE LA PARITE ;
Mort annoncée de la seule assemblée qui était (presque) paritaire puisqu’avec la suppression du scrutin de liste disparaît l’alternance homme/femme des candidats sans aucune autre disposition pour la remplacer.
REGRESSION EN MATIERE DE CUMUL DES MANDATS :
Nos parlementaires ne pouvaient être en plus conseiller général et conseiller régional. Leur problème est résolu par la fusion de ces mandats puisque rien de nouveau n’est prévu pour interdire le cumul... Ils siégeront parfois à l’hôtel du département parfois à celui de la région puisqu’eux ne disparaissent pas...
Compte tenu de la pratique actuelle du cumul par les parlementaires on peu estimer à 25% des mandats des élus territoriaux qui seront détenus par des parlementaires. Une réforme qui enferme un peu plus le pouvoir politique entre les mains de quelques uns.
Cette réforme est “vendue” pour être moderne et économique en supprimant la moitié des élus.
Moderne?
En réalité on donne tous pouvoirs à nos bons vieux conseillers généraux ( créés au XIX° siècle et composés à 80% d’hommes d’un âge avancé) et on supprime les Conseillers Régionaux (créés à la fin du XX°, mixtes, plus jeunes et plus ouverts à la "diversité"). Avec un cadeau en prime puisqu’il n’est même plus nécessaire d’obtenir la majorité des suffrages pour être élu. Il suffit d’être le premier.
Economique?
Parce que vous croyez que les élus territoriaux qui auront à gérer les actuelles compétences départementales plus les compétences régionales ne verront pas leurs indemnités augmentées ? Dans le principe c’est logique puisque cela représente plus d’activité.
Vous croyez qu’il n’auront plus qu’un secrétariat pour les deux niveaux de compétences à gérer?
Cette réforme n’a qu’un objectif : permettre à l’unique parti de soutien au gouvernement de confisquer les élections locales. Assez favorables aux “barons locaux”, les élus PS s’y opposent mollement car beaucoup d’entre eux ont ce statut et ils voient là un moyen de se débarrasser des “petits” partis de gauche qui les dérangent de plus en plus. Le bipartisme ils en rêvent à leur profit. Ils feraient bien d’être vigilants car le statut du PS de premier parti de gauche n’est pas définitivement garanti et ce n’est pas en laissant faire une réforme régressive et anti-démocratique qu’ils donneront envie de les suivre. Et la remarque vaut aussi pour les élus républicains de l’UMP qui sont de plus en plus excédés par les dérapages républicains de ce gouvernement.
Une pétition existe contre cette réforme. Baser sur l’argument de la parité, elle revendique l’élection des conseillers territoriaux sur la base de listes paritaires à la proportionnelle.
http://www.parite-en-danger.org/
La parité est une bonne raison de vouloir un scrutin proportionnel de liste. Les autres motifs évoqués plus haut le sont tout autant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.