« Vous offririez bien un verre à un vieux Mousquetaire ? »

La dernière BD en date de Jason, le Norvégien qui vit désormais à Montpellier, faisait partie de la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

La dernière BD en date de Jason, le Norvégien qui vit désormais à Montpellier, faisait partie de la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

DernierMousquetaireLe_30092007_170931.jpg


Jason et son Dernier Mousquetaire faisaient partie de la sélection pour le prix du meilleur album de Bande Dessinée au Festival d’Angoulême qui s’est déroulé du 24 au 29 janvier 2008. Il rentrera bredouille. Il ne figure pas au palmarès rendu samedi 26 janvier.

Surréaliste est sûrement un adjectif un peu faible pour qualifier Le Dernier Mousquetaire. Dans cet aventure, un vieux mousquetaire alcoolique (pas le plus médiatisé de tous) rencontrera un roi sans divertissement, un général pleutre ou encore une princesse effrontée. Il nouera des amitiés avec un robot simplet, et un camarade de cellule à l’occasion d’une première cigarette (quoi de plus politiquement incorrect aujourd’hui ?). Il se confrontera à son pire ennemi, tentant d’être plus efficace que le président et Madame le Maire pour sauver la France.

Avec un trait simple, clair, et des couleurs vives, le dessin de Jason peut paraître simpliste. Il n’en est rien. Son art réside au contraire dans la capacité à rendre terriblement expressifs ces personnages animalisés, uniquement par le contexte, la direction d’un regard, ou une légère courbure d’échine.

Si l’action se situe entre Montpellier et Mars, Jason nous emporte bien plus loin. De ses premières œuvres sombres et cyniques (Attends) qui reflétaient l’ennui, la solitude dans une société industrialisée, Jason a conservé le flegme tout scandinave de son dessin et des dialogues à l’économie. Il a aussi conservé ses personnages, ou en tout cas son personnage, qui tel un acteur, change de rôle à chaque album. Depuis Hemingway, son univers s’est agrandit, et semble aujourd’hui sans limite.

L’auteur Norvégien de naissance, et Montpelliérain d’adoption avait déjà été sélectionné pour le prix du meilleur album en 2003 pour Chhht !, ainsi qu’en 2006 pour le prix du meilleur scénario avec Hemingway. Espérons que la nouvelle déconvenue ne découragera pas cet artiste inclassable.

cet article est paru en février sur le site www.hautcourant.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.