Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 262 abonnés

Billet de blog 18 janv. 2010

Identité nationale: pourquoi et comment la Ligue débat-elle ?

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nombreux sont ceux qui refusent de participer au débat sur l'identité nationale initié par Éric Besson au motif que ce débat est une grossière opération électorale

qui vise à stigmatiser encore davantage les populations issues de l'immigration dans notre pays. Ce qui est vrai.

Les raisons de ce refus sont détaillées dans un appel « Nous ne débattrons pas », largement signé, et en ligne sur Mediapart.fr. Alors à quelles conditions la Ligue de l'enseignement débat-elle de l'identité nationale ? Elle débat car la société française est plurielle et multiculturelle. La Ligue de l’enseignement est un mouvement d’idées qui a engagé depuis 2004 une réflexion collective sur « Comment faire société ? », où elle répond à la question : « Qu’est-ce qu’une Nation ? ». En 2006, le Cercle Condorcet d’Auxerre organisait un colloque international sur le thème : « Peut-on encore chanter la douce France ? », dont les actes ont été édités. Par ailleurs, depuis 2008, chaque livraison de la revue Diasporiques. Cultures en mouvement explore les dimensions multiculturelles de la société française. Un site dédié à cette discussion est ouvert.

Si un mouvement tel que la Ligue débat c’est parce qu’il a des convictions. Sa conception de la Nation est radicalement différente de la conception nationaliste, essentialiste, qui fait de la Nation une entité éternelle et pure, quasi biologique. La Ligue de l’enseignement refuse d’abandonner, en restant muette, la Nation aux nationalistes. Nous savons bien ce que les nationalismes ont engendré de ségrégation, d’exclusion, de génocides. Nous débattons car nous savons pourquoi nous combattons. Fondée en 1866, la Ligue de l’enseignement s’inscrit dans la discussion car elle s’est inscrite d’emblée dans la filiation de la Révolution française. Celle-ci, en affirmant la souveraineté du peuple, a posé la Nation comme concept politique. L’article III de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen stipule en effet que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation ». Ce sont les citoyens libres, égaux et solidaires qui constituent la Nation en corps politique : la République.

La Ligue de l’enseignement débat contre la perte de tout sens historique et politique d'un gouvernement qui défait la solidarité nationale. Elle débat à son rythme et dans les lieux qu'elle choisit car elle est une organisation démocratique. Nous n’avons pas de tabous, tout en sachant qu’un débat libre, pluraliste et utile doit être organisé dans des lieux et dans des temps appropriés. Nos débats se déroulent ainsi sur la place publique, mais hors des préfectures. Nous refusons ce cadre contraint et le questionnaire orienté qui l’accompagne. Dans une relation continue avec nos militants et le grand public, appuyés sur une réflexion et un engagement de longue date, nous débattrons et nous publierons l’état de ces débats dans nos diverses publications.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger