Mediapart vous invite au cinéma

Récit du combat de la ville de Cleveland contre les banques qui ont ruiné ses administrés avec les subprimes, «Cleveland contre Wall Street» sort le 18 août prochain. Les films du losange offrent aux abonnés de Mediapart 150 entrées.

Récit du combat de la ville de Cleveland contre les banques qui ont ruiné ses administrés avec les subprimes, «Cleveland contre Wall Street» sort le 18 août prochain. Les films du losange offrent aux abonnés de Mediapart 150 entrées.

On sait depuis Douze hommes en colère, de Sidney Lumet, ce que la justice américaine peut avoir de spectaculaire à l'écran. Côté documentaire, Jean Xavier de Lestrade en était jusqu'à présent le chroniqueur le plus brillant avec les glaçants Un coupable idéal et Soupçons notamment. Cleveland contre Wall street inaugure un nouveau genre de «film judiciaire américain», en reconstituant le «procès qui n'a pas eu lieu» des habitants de la ville de Cleveland contre les 21 banques responsables de la crise des subprimes à l'origine des saisies immobilières. Pas tout à fait un documentaire donc, puisque le procès a été «joué» pour les besoins du film. Pas tout à fait un docu-fiction non plus, puisque ce jugement met en scène les vrais protagonistes de l'affaire.


L'objectif du réalisateur suisse Jean-Stéphane Bron (Le Génie helvétique, Mon frère se marie) était de «filmer le capitalisme en action». «J'ai fait des recherches pendant trois ans, effectué de nombreux voyages, pour trouver un espace où puissent s'incarner ces puissances abstraites, si volatiles, et si peu cinématographiques», explique-t- il. Après avoir lu une brève à propos de la plainte que portait la ville de Cleveland contre les banques impliquées dans la crise des subprimes, il part rencontrer les avocats à l'origine de cette initiative. Les banques de Wall Street parviennent à empêcher l'ouverture d'une procédure. Jean-Stéphane Bron décide donc d'organiser et de filmer ce procès auquel elles ont échappé.
Cleveland contre Wall street est un documentaire passionnant, qui met au jour de façon éclatante les ressorts de cette crise. Des phénomènes économiques complexes deviennent enfin intelligibles, incarnés par les acteurs du marasme. On croise par exemple Raymond Vellez, travailleur du bâtiment qui perd sa maison, incapable de rembourser un crédit de 71.000 dollars. Le documentaire, qui met en scène les victimes de la crise des subprimes, n'oublie pas d'en pointer les origines philosophiques, incarnées par Keith Fisher, avocat des banques et idéologue de la dérégulation des marchés.

Invitations

Mediapart et les films du Losange offrent aux premières personnes qui en feront la demande à l'adresse production@filmsdulosange.fr:

- 50 invitations pour deux personnes pour l'avant-première, à Paris, le lundi 16 août à l'UGC Les Halles, en présence du réalisateur. Préciser votre identifiant sur Mediapart, vos nom et prénom, et si vous souhaitez une ou deux places.

- 50 entrées valables dans tous les cinémas, à toutes séances (sauf week-end). Préciser votre identifiant sur Mediapart, vos nom et prénom, et l'adresse postale où vous envoyer vos billets. Toutes les places ont été attribuées.

 

Bientôt sur Mediapart
Un entretien vidéo avec le réalisateur Jean-Stéphane Bron.

En savoir plus
Le site officiel du film: http://clevelandcontrewallstreet.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.