«Le Mur de l'Atlantique», avant-première

Mediapart vous invite à l'avant-première du film de Jérôme Prieur, à Confluences, mardi 19 octobre à 20h00. Un débat aura lieu à l'issue de la projection avec le réalisateur et Edwy Plenel, directeur de la publication de Mediapart.
Mediapart vous invite à l'avant-première du film de Jérôme Prieur, à Confluences, mardi 19 octobre à 20h00. Un débat aura lieu à l'issue de la projection avec le réalisateur et Edwy Plenel, directeur de la publication de Mediapart.

 

« De 1942 à 1944, le chantier du Mur de l'Atlantique a été le poumon de la France de Vichy, la plus importante et la plus compromettante opération de collaboration économique de l'Occupation. Le film de Jérôme Prieur raconte cette sombre histoire, pour la première fois. »

 

RSVP : debats@mediapart.fr (cette adresse mail recueille uniquement vos réservations)

Confluences - Maison des arts urbains - 190 Bd de Charonne 75020 Paris M° Philippe Auguste

"Enfant, je jouais autour des blockhaus des plages du Cotentin, en Bretagne aussi ou dans les Landes. C'est bien simple, dès que l'on cherchait à les débusquer sur le rivage ou dans la campagne tout autour, ces cubes de béton il y en avait partout, les uns cachés dans les bois, les autres postés en sentinelles pour continuer à surveiller l'Océan. Les années ont passé, les fortifications sont toujours là, patinées par les intempéries, recouvertes de tags et de graffitis, interdites d'accès parce qu'elles sont « dangereuses », toujours à peu près aussi invulnérables.

Comme tout le monde, j'ai toujours su que ces ruines du Mur de l'Atlantique portaient la trace de l'Occupation par les nazis. C'était devenu un immense décor fantastique. Et puis un beau jour, si l'on peut dire, je me suis demandé comment ces monuments de béton avaient été construits. Qui avait bâti cette muraille ? D'où venaient le sable et le ciment, les pelleteuses, les camions, les échafaudages, la main d'œuvre, les entreprises ; d'où venait l'argent et d'où venaient les ordres?

Alors j'ai découvert un passé que certains connaissaient il y a très longtemps, un passé que personne n'a jamais vraiment voulu raconter. Un secret gênant dont on serait coupables et complices, un secret honteux puisqu'on a tellement voulu l'oublier depuis la fin de la guerre.

Une histoire incroyable, une histoire « édifiante ». Jérôme Prieur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.