"Pas Sage en Seine" : quatre jours d'hacktivisme au cœur de Paris

Ce jeudi 18 juin s’ouvre la 7e édition de Pas Sage en Seine, la rencontre annuelle parisienne des hacktivistes, défenseurs des libertés numériques, de la vie privée et du logiciel libre, et dont Mediapart est partenaire.

Ce jeudi 18 juin s’ouvre la 7e édition de Pas Sage en Seine, la rencontre annuelle parisienne des hacktivistes, défenseurs des libertés numériques, de la vie privée et du logiciel libre, et dont Mediapart est partenaire.

Jusqu’au dimanche 21 juin, les locaux de la Numa, dans le 2e arrondissement, accueillent « curieux et curieuses, hackers et hackeuses développeurs et développeuses, passant-e-s et pas sages… » pour échanger lors de conférences consacrées à la nouvelle loi renseignement, à la « dé-googlelisation » d’internet, à la « militarisation du secteur de la sécurité informatique », mais aussi au dadaïsme appliqué à Google ou encore à « l’importance de la barbe dans le milieu informatique ».

Seront notamment présents la députée Isabelle Attard qui proposera de « hacker le parlement », les « inculpés et amis de Tarnac » pour une conférence intitulée « hacker veut dire rendre ingouvernable », l’informaticien Laurent Chemla, qui expliquera « pourquoi nous avons tous des choses à cacher », l'association de défense des libertés numériques La Quadrature du Net ou encore Reporters sans frontières.

Les participants auront également la possibilité de participer à l’une des cryptoparties organisées durant les quatre jours afin de parfaire leurs connaissances en sécurité informatique et en protection de leur vie pivée.

Pas Sage en Seine est ouvert à tous et gratuit.

 

Le site de Pas Sage en Seine.

Le programme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.