Billet de blog 24 mai 2010

Les «potes-frontières», politique corporelle de la nation

Les frontières françaises se sont éloignées aux limites de l'Europe, et en même temps elles se sont rapprochées. Elles passent dorénavant à travers certains individus, certaines familles, qui subissent en permanence la pression policière qui s'appliquait précédemment aux frontières.

stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les frontières françaises se sont éloignées aux limites de l'Europe, et en même temps elles se sont rapprochées. Elles passent dorénavant à travers certains individus, certaines familles, qui subissent en permanence la pression policière qui s'appliquait précédemment aux frontières. Les frontières étaient un lieu, elles sont devenues des personnes : les "postes-frontières" ont été remplacés par les "potes-frontières". Certes, la peur du viol de nos frontières perdure et on construit toujours des lignes Maginot, aussi inefficaces que criminelles. Mais cette peur des "féroces soldats qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes" résonne désormais à l'intérieur, comme un long et sinistre écho. Le regard suspicieux du douanier est multiplié par ceux des centaines de milliers de policiers et de gendarmes dans les rues, les gares, les trains, les métros. On n'est plus suspect pour ce que l'on fait - passer illégalement la frontière -, mais pour un corps, un être.
Hier, l'angoisse nationale était la pénétration du territoire français par des troupes étrangères. Aujourd'hui, c'est la pénétration du « corps de la nation »* par des gênes étrangers. Le corps blanc de la nation "France" n'ose s'avouer cette nouvelle réalité qui réveille chez lui une vieille angoisse : déjà pénétré et ensemencé, il a commencé à changer de couleur. Espérant ralentir l'inéluctable, les défenseurs de la frontière la déplacent jusque dans l'intime. Les "potes-frontières" sont désormais suspects par leur tendresse, leur sang, leur sperme, leurs menstrues.
De nouvelles figures fantasmatiques de cette contamination apparaissent. Le garçon arabe symbole du viol comme l'est l'homme noir aux Etats-Unis. La famille sans-papiers et sa ribambelle d'enfants. Le couple mixte toujours suspect de mariage blanc. L'homme musulman potentiellement polygame, cachant des blanches sous une burqua. Les femmes se trouvent au centre du dispositif : tout d'un coup de bonnes âmes, jusque là peu engagées dans le féminisme, partent en guerre contre les mariages forcés, la polygamie, le port du voile ou de la burqua ; la burqua, ça c'est une frontière facile à surveiller !
Il faudrait sortir de cette logique du « corps de la nation » pour défendre celle de la nation comme contrat rénégocié en permanence, convergence des volontés, histoire commune en construction. Mais puisqu'on nous impose une politique des corps, répondons par une autre politique des corps qui pourrait nous ramener à une politique du contrat. Au corps réduit au biologique, opposons les corps qui parlent, tissent des relations, construisent des histoires. C'est bien plus que l'épaisseur d'une frontière, c'est déjà l'épaisseur de la vie : "nous vivons un nouveau corps social, nos vies (se) passent (de) vos frontières".
*Stéphane Lavignotte, « Vivre égaux et différents », Editions L'atelier, Paris, 2008.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard