Billet de blog 18 mai 2017

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Soutenons la démarche du mouvement « 6e République » pour obtenir une Constituante.

Le temps des Législatives est un bon moment pour continuer à populariser la nécessité d'une Constituante. Elle était déjà le projet-phare des Insoumis. Le Mouvement « 6e République » propose une nouvelle approche : utiliser le Référendum d’Initiative Partagée. Les conditions pour obtenir ce référendum sont très difficiles mais non impossible. Démonstration.

Pascal Lemaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Côté légal : Le mouvement  « 6e République » s’appuie sur « l’article 11 de l’alinéa 3 de la constitution actuelle » qui dit, qu’avec 185 députés et sénateurs + 4,5 millions de pétitions, on peut imposer que soit organisé un référendum pour la convocation d’une Assemblée Constituante. Ainsi, on utilisera pour la 1ere fois le fameux référendum d’initiative partagée concédé par Sarkozy en 2008 et mis en vigueur seulement en décembre 2013. (Quelle vélocité ont montré nos 2 Présidents de la République à faire participer les citoyens, n'est-ce pas ?)

Concernant la possibilité de réunir 4,5 millions de pétitionnaires : ce chiffre est énorme mais atteignable. En effet la constituante a été le projet-phare des Insoumis à la présidentielle. Ce mouvement a su réunir sous le nom de Mélenchon, plus de 7 millions d’électeurs. Le projet de Hamon prévoyait aussi une nouvelle constitution, soit 2 millions supplémentaires de personnes intéressées. Il serait par ailleurs bien étonnant qu’il n’y ait pas dans les autres partis des électeurs qui le désirent aussi, déçus que leurs représentants ne le leur proposent pas.

Comme il ne faudra pas trop compter sur les médias pour populariser l’évènement, rassembler autant de pétitions va demander du travail à tout un chacun pour faire circuler l’information auprès de son voisinage, mais c’est faisable !

Même si c'est triste à dire, le plus difficile sera sans doute de trouver 185 députés et sénateurs prêt à nous accorder la constituante. Espérons qu’ils sauront se montrer à la hauteur de la situation. Si nos représentants restaient sourds à cet appel, alors que 4,5 millions de pétitions auraient été recueillies, les dernières illusions sur cette « démocratie » s’envoleraient. Peut être que chez ceux qui ne font pas encore le lien entre leurs précarités et cette consitution réaliseront-ils qu'elle est là pour protèger les gouvernants des gouvernés. Nos élus précipiteraient par leurs comportements la fin de la constitution de 58. C’est pourquoi cette pétition est si importante .

Afin d’obtenir cette constituante, le mouvement pour « la 6ᵉ république » propose cette démarche :

Je lis la proposition de loi du M6R

J’adresse une pétition aux députés et Sénateur

je diffuse l’idée auprès de mon entourage

D’autres événements suivront pour accélérer la circulation de l’idée auprès des citoyens.

Pour la petite histoire, rappelons qu'en Suisse la constitution reconnaît au peuple un vrai Référendum d’Initiative Populaire permettant à 1 % des électeurs qui ont signé une pétition, de proposer par référendum au peuple le retrait ou la modification d’une loi votée par le Parlement fédéral Suisse.De même, 1 % des citoyens peuvent initier une loi et ceci, précisons-le, sans qu’ils ne soient obligés d’obtenir la validation de leurs députés et sénateurs. L’exemple donné par ce voisin en dit long sur l’infantilisme de notre « démocratie ». La Suisse nous montre combien notre constitution est vieillotte, voire borderline : car enfin, il faut avoir un esprit borderline pour avoir inventé un régime monarchique au cœur de la République. Mendes-France avait dénoncé la naissance de cette constitution pour cette raison. Mais son concepteur n’était pas seulement un ambitieux-borderline : il était aussi un redoutable stratège qui a su jouer sur les peurs du moment.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro