Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 1 oct. 2010

Dernières nouvelles du (mikro)kosmos

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En guise de parfaite conclusion à ce week-end/portrait consacré par Musica à Peter Eötvös, le duo formé par les pianistes Jean-Sébastien Dureau et Vincent Planès nous invite en compagnie du compositeur hongrois à un voyage à travers l'univers...

Qui n'a jamais rêvé d'une petite excursion dans l'immensité de l'espace ? En 1961, lorsque Gagarine fait son petit tour hors de l'atmosphère, le jeune Peter Eötvös (il a alors 17 ans) a la tête dans les étoiles. Enthousiasmé par l'aventure, il compose Kosmos, pour deux pianos. C'est cette partition — dans sa version de 1999, remettre un ouvrage sur le métier, même à trente-huit ans d'interalle, est loin d'être inhabituel pour Eötvös — qui ouvre le concert sidéral proposé par Jean-Sébastien Dureau et Vincent Planès. Avec ses contrastes extrêmes de registres, l'entêtement martelé de ses ostinatos et la clarté de ses couleurs, le piano d'Eötvös se situe au croisement des héritages de Debussy et de Bartók. De Bartók, qui est sans nulle doute sa langue maternelle, il reprend également les idées de stéréophonie et de spatialisation du son, éclairant ainsi le cosmos d'un magnifique feu d'artifice de lumières, dont Jean-Sébastien Dureau et Vincent Planès nous livrent une lecture précise, intense et pleine d'à-propos. Par instants, on croit fugitivement entendre quatre, six ou huit pianos au lieu de deux, tant les jeux d'échos résonnent de l'un à l'autre.

Le duo s'attaque ensuite à un monument de la musique — aussi sidéral que Kosmos à sa manière, tant il vole haut au-dessus de nos têtes - : la Grande Fugue de Beethoven. Dans sa version pour piano quatre mains - une version pour le moins controversée par ailleurs, et beaucoup moins jouée que la version original pour quatuor à cordes. Peut-être cette préférence s'explique-t-elle par le défi technique que la Grande Fugue exige de la part des deux musiciens. L'équilibre des différents plans sonores, l'identité distinctive des différents registres, nécessaire pour rendre lisible les lignes entremêlées du contrepoint, sont excessivement difficile à retrouver sur un grand piano de concert. Rappelons en effet que Beethoven travaillait - et, subséquemment, composait - pour son pianoforte viennois du début du XIXème siècle. À l'époque, les facteurs de piano ne privilégiaient pas comme aujourd'hui l'homogénéité sonore de l'instrument, d'un bout à l'autre de son ambitus, mais préféraient justement entretenir les contrastes, avec des aigus plus limpides et chantants, des graves plus discrets et veloutés. Ces différences de timbre étaient alors constitutives de l'image sonore de l'instrument, et les compositeurs les exploitaient avec talent, Beethoven le premier.

Réduits à jouer cette Grande Fugue sur leur grand Steinway de concert, Jean-Sébastien Dureau et Vincent Planès éprouvent quelques difficultés à en tirer la substantifique moelle. Brouillon parfois, le contrepoint est souvent hésitant, voire hasardeux ou précipité. Ils gagnent cependant en aisance, et parviennent peu à peu, malgré quelques lacunes techniques, à un jeu de quatre mains quasi orchestral et à une beauté du discours, qui témoigne de la finesse de leur réflexion et de leur sensibilité musicale.

Ce concert de la conquête spatiale se conclut par une œuvre bien trop rare, d'un compositeur plus rare encore (dans tous les sens du terme) : Celestial Mechanics de George Crumb, pour piano quatre mains amplifié. Quatrième volet de sa série Makrokosmos, on retrouve dans cette singulière mécanique céleste la figure tutélaire - beaucoup moins présente toutefois que chez Eötvös - de Bartók et de ses Microcosmos, sa formidable somme pédagogique pour le piano. Crumb donne à ces quatre mouvements imagés, qui ne ressemblent à nulle autre musique, le sous-titre de Danses cosmiques - et c'est en effet l'effet qu'ils donnent, celui d'un ballet étrange et lent, parsemé d'éclats et de résonances profondes. Le jeu des pianistes participe à ce spectacle de ballet énigmatique : la partition exigeant de « préparer » le piano (poser des objets sur les cordes, pincer ou frotter la corde elle-même, frapper la caisse, des techniques rendues célèbres notamment par John Cage) pour en tirer des sons inouïs ou inhabituels, les deux hommes semblent se pencher sur la grosse caisse noire béante comme une équipe de chirurgiens sur un patient. Se succèdent tour à tour sur la piste et dans le ciel la lumineuse et agitée Alpha Centauri, l'évanescente et diaphane Beta Cygni - qui glisse tel un cygne sur un miroir d'eau calme reflétant la nue étoilée -, la mystérieuse Gamma Draconis - valse dégénérée au pouvoir hypnotisant, comme une machine rouillée qui s'emballe -, pour conclure sur Delta Orionis - introspective et obstinée, on croirait un pulsar.

Jean-Sébastien Dureau et Vincent Planès nous emmènent ainsi dans une toute autre dimension spatio-temporelle. Ils nous éloignent toujours plus de notre point de départ et nous enfoncent toujours plus avant dans le néant.

Strasbourg, Salle de la Bourse, le 26 septembre 2010

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel