Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 15 sept. 2010

Schoenberg : Retour à Montreux

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On les croyait fâchés, voilà Schoenberg et Stravinsky réunis, dans la petite ville de Montreux qui les a tous deux accueilli à un moment de leur vie, pour la soirée de clôture du Septembre Musical. Il est vrai que ce n'est pas ce soir le Schoenberg de la « nouvelle musique », c'est le Schoenberg du post-romantisme consommé, à la fois grandiose et déjà décadent, celui de cet OMDI (Objet Musical Difficilement Identifiable) que sont les Gurrelieder. Et ce n'est pas non plus réellement Stravinsky, mais le splendide auditorium dominant le lac Léman qui lui a été dédié à Montreux.

Composée entre 1900 et 1913 d'après les « Chants de Gurre » du danois Jens Peter Jacobsen (qui a lui aussi séjourné sur les rives du Léman), cette œuvre protéiforme tient à la fois de l'opéra - mais elle n'est pas conçue pour être mise en scène -, de l'oratorio - mais un oratorio aux frontières du sacré et du profane -, du Lied orchestral et du symphonique - avec un effectif pléthorique, qui nécessite de réunir deux formations symphoniques dans leur intégralité, ainsi qu'un chœur mixte assorti d'un chœur d'homme. Elle réunit en l'occurence ce soir deux des formations les plus prestigieuses de Suisse : l'Orchestre de la Tonhalle de Zurich, venu exprès de Suisse Alémanique, et l'Orchestre de la Suisse Romande.

Orchestre de la Suisse Romande / Orchestre de la Tonhalle de Zürich - Extrait 2 from Septembre Musical on Vimeo.

La longue gestation des Gurrelieder, si elle ne leur enlève rien de leur cohérence stylistique ou narrative, nous permet de suivre le cheminement esthétique de Schoenberg durant ces années fastes qui débouchera plus tard sur la naissance d'un nouveau langage, le fameuse musique sérielle. Cette évolution s'entend dans le traitement mélodique et dans l'orchestration mais surtout dans l'admirable traitement de la voix, où le narratif prend peu à peu le pas sur le lyrique, laissant affleurer le fameux Sprechgesang que développeront plus tard Schoenberg et ses disciples de la Seconde Ecole de Vienne. Le solo du Récitant, qui vient donner une forme d'épilogue à l'œuvre, en est la démonstration éloquente - même si, ce soir, la performance de Wolfgang Schöne (baryton-basse), bien que fort satisfaisante, manque occasionnellement de netteté et de tranchant. (Une version de ce passage fabuleux est disponible ici.)

Mais, ce soir, le caractère exceptionnel du concert, le statut singulier de l'œuvre au sein de l'histoire de la musique, le retour à Montreux de Schoenberg et de Jacobsen, la réunion rare, sinon inédite, de deux orchestres venus de deux régions linguistiques différentes de Suisse, et même la direction habile de David Zinman - qui sait restituer l'essence de la partition, sans pour autant nous en rendre toutes les saveurs, notamment dans les dynamiques et les couleurs orchestrales - seront éclipsés par l'apparition pourtant fort brève d'une chanteuse sublime : la mezzo-soprano Petra Lang.

Venue interprétée la Voix de Waldtaube (la colombe de la vallée) qui annonce la mort de Tove (incarnée par la soprano Christine Brewer), la jeune amante du roi Waldemar (le ténor Stephen Gould), Petra Lang leur vole à tous la vedette. Il est ainsi de ces artistes qui ont ce je-ne-sais-quoi de plus que les autres, qui reste et qui marque longtemps après la rencontre. Dès la première note, Petra Lang envoute son public, sublime le jeu des musiciens qui l'accompagnent, magnétisent l'atmosphère et créé ainsi une bulle hors du temps de plaisir sensuel et palpable. Elle prête à cette colombe porteuse du message tragique une voix chaude et charnue, à la naïveté empreinte de tristesse et de lumière. Son chant est bouleversant, merveilleux, émouvant - chaque adjectif donnant quelque indice quant au sentiment ressenti, sans le recouvrir tout à fait. Bref, c'est le genre d'instant dont un mélomane se souviendra longtemps, avec toujours ce serrement de gorge et ces étoiles dans les yeux.

Orchestre de la Suisse Romande / Orchestre de la Tonhalle de Zürich - Extrait 1 from Septembre Musical on Vimeo.

(Désolé pour la brièveté de l'échantillon, on pourra trouver ci-dessous un enregistrement intégral du chant de la colombe, hélas non par Petra Lang, mais par la grande Jessye Norman, accompagnée dans une version de chambre par l'Ensemble Intercontemporain sous la baguette de Pierre Boulez, ainsi qu'une autre version, orchestrale, sous la direction de Seiji Ozawa, avec également une suggestion de mise en scène.)

Auditorium Stravinsky, Septembre Musical de Montreux, le 12 septembre 2010

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart