Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 18 oct. 2011

Sexe, mensonge et opéra

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


LE CHATEAU DE BARBE BLEUE
Angers Nantes Opéra

L'œuvre scénique de Béla Bartók est, disons-le, assez limitée. Trois œuvres en tout et pour tout : deux ballets (Le Prince de bois op. 13, composé entre 1914 et 1916, et Le Mandarin merveilleux op. 19, terminé en 1919 et créé en 1926) et un opéra (Le Château de Barbe-Bleue op. 11, composé en 1911 et créé en 1918 suite au succès du Prince de bois). Une oeuvre certes réduite, mais plus qu'exceptionnelle, sur laquelle Angers-Nantes Opera revient, avec la double production du Mandarin merveilleux et du Château de Barbe-Bleue, déjà présentée en 2007.

Ainsi présentés l'un après l'autre, les deux ouvrages dialoguent et se répondent comme les deux faces d'une même médaille, avec pour thème central, la séduction, l'appétit insatiable (qu'il soit désir charnel ou curiosité) et sa satisfaction nécessairement fatale.


LE MANDARIN MERVEILLEUX
Angers Nantes Opéra

D'abord le Mandarin merveilleux : une histoire de fille perdue, que trois petits malfrats poussent à séduire le chaland pour mieux le dépouiller, et dont l'une des victimes, le fameux Mandarin, s'amourachera jusqu'à s'y perdre corps et âme. La chorégraphie de Lucinda Childs — créé par le Ballet de l'Opéra National du Rhin en 2004 — fait de la jeune fille une véritable Lulu — avec tout l'attirail nécessaire, de la coiffure à la Louise Brooks à la fraîcheur sombre de femme-enfant —, jouet de cupidité en même temps qu'objet de désirs. De facture classique, agrémenté de lumières aux couleurs vives et franches, le ballet n'est toutefois pas à la hauteur de la partition, superbement servie par Daniel Kawka à la tête de l'Orchestre National des Pays de la Loire. Si sa narration est plus ou moins efficace, son développement n'atteint pas le merveilleux, quasi « surréaliste », de la musique de Bartók. Ses références, qui convoquent aussi bien le ballet classique que la comédie musicale américaine, ses suggestions d'ouverture et de contrepoint, forment un mélange certes cohérent, mais finalement assez plat, et sans refléter non plus la violence à la fois extrême et hallucinée du discours musical. On le regrette d'autant plus que, dans la fosse, le chef Daniel Kawka tire habilement partie de l'acoustique malaisée de la Cité des Congrès de Nantes (on ne ressent guère qu'un petit défaut d'équilibre et de clarté entre les différents plans orchestraux, petit défaut qui s'atténue grandement au cours de la soirée) : sa baguette est nerveuse, dynamique et charismatique à souhait, et le soin qu'il apporte à la palette orchestrale est proprement admirable : les timbres sont magnifiques, sensuels et dramatiques à la fois.

Du point de vue strictement musical, la soirée est du reste une réussite pleine et entière. Dans Le Château de Barbe-Bleue, l'orchestre fait à nouveau preuve d'une d'efficacité narrative, et d'une sensibilité musicale en parfaite harmonie avec la dramaturgie. Tout à tour expressionnistes et impressionnistes, mais toujours indubitablement bartokiennes, ses couleurs et atmosphères sont un écrin parfait pour Jeanne-Michèle Charbonnet (Judith) et surtout pour Gidon Saks (extraordinaire Barbe-Bleue, à la prestance tout à la fois sombre et digne et à la voix ténébreuse et tendre).


Le château de Barbe-Bleue - interview de Daniel Kawka
Angers Nantes Opéra

Remarquable duo de metteurs en scène, Patrice Caurier et Moshe Leiser s'empare du conte de Barbe-Bleue revu par Bartók et son librettiste Bela Balazs, en le considérant par le petit bout psychanalytique de la lorgnette. Une posture certes intéressante, mais néanmoins risquée : l'opéra s'y réduit à une métaphore du couple. Les portes que Judith veut absolument voir ouvertes sont celles de la psyché de son mari fraîchement épousé, celles de son jardin secret et de son placard (où moisissent non pas un, mais trois cadavres : ceux de ses mariages précédents), et leur ouverture ne peut mener qu'à la mort du couple.

La scène est dans une chambre d'hôtel anonyme, tout droit sortie d'un film expressionniste allemand. Chaque ouverture de porte est signifiée par un vêtement supplémentaire dont on se défait pour consommer le mariage - cette consommation exigeant donc ici une mise à nu, tout à la fois concrète et métaphorico-psychanalytique. Si, comme on l'a dit plus haut, cette lecture n'est pas sans pertinence, le contrepoint qu'elle offre au livret de l'opéra n'est pas non plus sans susciter quelques absurdités voire quelques passages assez ridicules (la cinquième porte, qui ouvre sur l'empire de Barbe-Bleue, est le moment choisi par Caurier et Leiser pour la consommation de l'acte sexuel, une consommation qui ressemble fortement à un viol, et que Judith commente ainsi « Qu'il est beau, qu'il est grand ! »). Mais on regrette surtout la fermeture que cette posture implique, du point de vue de l'interprétation de l'œuvre, une interprétation qui dépasse naturellement le cadre du conte de Perrault et qui est délibérément laissée à la discrétion du spectateur par Bartók et son librettiste.

La question qui se pose alors est celle de la mise en scène du conte en tant que conte, c'est-à-dire vecteur d'une « morale » ou à tout le moins d'un message - et, au-delà, de toute œuvre scénique chargée de sens - : la mise en scène doit-elle prendre l'auditeur par la main et lui indiquer un chemin univoque - par ailleurs contredit par instant par l'œuvre elle-même - ou doit-elle au contraire ouvrir l'horizon, pointer la multiplicité des niveaux de lecture, peut-être en dévoiler de nouvelles, laisser au spectateur le choix d'en privilégier une ou plusieurs au détriment des autres ?

C'était ce dernier choix que Caurier et Leiser avait fait, par exemple, pour un autre conte du début du vingtième siècle, L'Enfant et les Sortilèges, de Ravel et Colette, et l'on est un peu déçu qu'ils aient ici préféré au contraire une pensée plus terre à terre : celle de la psychologie cauchemardesque d'un serial killer.
L

Photos : ©Jef Rabillon pour Angers-Nantes Opéra

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes