Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 19 janv. 2012

Le compositeur contemporain dans son habitat naturel

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© jesebbach

Après Edith Canat de Chizy le mois dernier, nous accompagnons aujourd’hui Bernard Cavanna dans une classe du Lycée Raymond Queneau, à Yvetot. Bien qu’à 1h30 en train de Saint Lazare, entre Rouen et Le Havre, Yvetot reste une commune rurale. Jean-Joël Duchesne, le professeur de musique, plaisante (à moitié) sur sa situation, au cœur du pays de Caux, qui, dans l’ennui bovarien, éloigne d’autant ses élèves de la vie culturelle des grandes villes.
La personnalité de Monsieur Duchesne, pince sans rire, franche et forte, oblige toutefois les élèves à s’affirmer, à prendre position, à s’exprimer. Et même si, ce matin, la quarantaine d’élèves de section musique que rencontre Bernard Cavanna s’avère bien silencieuse, dans l’assistance, l’attention est palpable — et, à la pause, certains n’hésiteront pas à lier conversation avec le compositeur.
Autodidacte et inclassable, talentueux et fantasque, on se perd en qualificatifs pour cerner la musique et la personnalité de Bernard Cavanna. La seule chose qu’on puisse dire sans trop se mouiller, c’est que son humour dévastateur enrichit grandement sa musique, en renforçant paradoxalement la force de son expression et la sincérité de son discours.
Sans perdre de temps en salamalecs, il fait écouter aux élèves cinq courts extraits musicaux. Pas de lui : de ce qu’on appelle aujourd’hui, à défaut d’un terme plus adapté, « musique du monde » — en réalité ce qu’on pourrait considérer comme « musique classique » de partout et d’ailleurs, dans le sens d’une tradition pérenne et toujours renouvelée.
D’abord, c’est un chant tibétain, qui donne lieu à une petite explication sur les chants diaphoniques (chant traditionnel des moines tibétains, qui au moyen de leurs voix produisent deux notes à la fois : la fondamentale, très grave, fait entrer en résonance une harmonique plus aigue), mais aussi à un petit laïus sur l’occupation chinoise du Tibet.

Extrait - Moines tibétainsMonks of the Sera Jé Monastery

Puis ce seront tour à tour de courts extraits de :
Une musique pygmée

Extrait - Musique pygmée (Burundi)Tambours du Burundi
© jesebbach

Une musique japonaise

Extrait - Musique japonaiseEtsudo Chida
© jesebbach

Une musique indienne

Extrait - Alap (Inde du nord)Kushal Das
© jesebbach

Une musique écossaise

Extrait - Musique écossaiseThe Scottisch Bagpipes
© jesebbach

À la fin de cette petite séance, le compositeur met au vote les préférences des élèves.
Et les résultats sont, sur 40 élèves :
6 voix pour la musique tibétaine
1 voix pour la musique pygmée
4 voix pour la musique japonaise
8 voix pour la musique écossaise
5 voix pour la musique indienne.
(16 suffrages non exprimés)


Sans surprise, c’est donc la tradition la plus proche d’eux que les élèves préfèrent. Mais le propos de cette petite séance n’est pas là : d’emblée, Bernard Cavanna veut décaler la posture d’écoute des lycéens. C’est une leçon de tolérance — non seulement au regard de la diversité culturelle, mais de la diversité des univers musicaux, quels qu’ils soient —, qui insiste sur la nécessité de s’extraire de sa coquille pour tenter d’appréhender les codes de lecture des diverses propositions musicales. Exagérant un brin la démonstration pour plus d’emphase, Bernard Cavanna tente de leur faire comprendre qu’il y a aussi peu en commun entre les divers univers musicaux contemporains proposés dans le cadre du Grand Prix Lycéen des Compositeurs, à l'initiative de la Lettre du Musicien, qu’entre les diverses traditions musicales à la surface du globe.

© jesebbach


Une question, enfin, permet au compositeur de parler de sa propre musique et de l’œuvre, le Karl Koop Konzert, concerto pour accordéon et orchestre, créé à Lille en 2007 par Pascal Contet et l’Orchestre National de Lille dirigé par Grant Llewellyn (CD AEON AECD1104). Et les extraits écoutés en début de séance lui permettront de mieux illustrer son propos…

Karl Koop Konzert -1- MusetteBernard Cavanna
Karl Koop Konzert -2- Sans flon flonBernard Cavanna
Karl Koop Konzert -3- Galop pompierBernard Cavanna
Karl Koop Konzert -4- La fin du balBernard Cavanna
© jesebbach

Très détendue, la conversation se clôt sur quelques petits conseils aux aspirants musiciens pour se trouver un langage propre et sortir des chemins battus — qu’ils soient ceux de la variété, du jazz, de la tonalité ou du contemporain…

© jesebbach

Prochain épisode : Philippe Hersant, à Nevers...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale