Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 26 sept. 2012

Six personnages en quête d’éternité

Les Percussions de Strasbourg fêtent leur 50ème anniversaire, en grande pompe et dans le cadre du Festival Musica, avec la création d’un opéra atypique : Limbus Limbo.

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Percussions de Strasbourg fêtent leur 50ème anniversaire, en grande pompe et dans le cadre du Festival Musica, avec la création d’un opéra atypique : Limbus Limbo.

Le 20 avril 2007, le pape Benoit XVI, et toute l’église catholique à sa suite, annoncent la dissolution des limbes, cet au-delà intermédiaire, aux portes des enfers, où sont envoyés les justes morts avant la crucifixion du Christ, les non-baptisés méritants et quelques autres. Imaginez la scène : toutes ces âmes qui s’ébattent paisiblement dans les limbes, attendant tranquillement l’éternité, sont expulsées de ce campement désormais illégal : où pourront-elles aller désormais ? Si le paradis ne leur ouvre pas plus ses portes, seront-elles vouées à l’enfer ? Ou à la non-existence ?

C’est là le point de départ de Limbus Limbo, apéro-bouffe en sept scènes et deux intermèdes imaginé par le compositeur Stefano Gervasoni, la metteuse en scène Ingrid Rekowski et le librettiste Patrick Hahn. Une idée alléchante s’il en est, qui ouvre bien des espaces scéniques et musicaux — ne serait-ce que par l’éclectisme bigarré de la foule d’âmes qui doit nécessairement peupler les limbes. Une idée d’autant plus prometteuse que Stefano Gervasoni n’aime rien tant que les citations et réminiscences, faisant apparaitre une certaine distanciation musicale, et que les recherches d’Ingrid Rekowski l’emmènent également vers des univers hybrides et décalés.

Le résultat, hélas, est bien loin d’atteindre aux sommets attendus.

L’ouvrage s’attache à six personnages : trois esprits sans nom, plus ou moins interchangeables, incarnés par des comédiens, et trois esprits identifiés — Giordano Bruno (philosophe dominicain italien, célèbre pour avoir défendu les théories héliocentristes au XVIème siècle, et en avoir payé le prix fort), Carl (von Linné, célèbre naturaliste suédois, père de la taxonomie et de l’écologie modernes), et TINA (acrostiche de There Is No Alternative, femme fatale aux airs de Marilyn, symbole de la corruption de notre société contemporaine), respectivement incarnés par le contre-ténor Christopher Field, le baryton Gareth John et la soprano Juliet Fraser, tous trois sortis des rangs de l’Ensemble vocal Exaudi. Leurs complaintes et tribulations, au reste sans grand intérêt et composées sur un livret indigent, sont musicalement prétexte à quelques références plutôt plaisantes — mais, là encore, bien loin de ce à quoi à nous a habitué Stefano Gervasoni. Si l’on apprécie l’écriture vocale fort maîtrisée, et l’imagination sonore dont le compositeur fait preuve pour les Percussions de Strasbourg — auxquels se joignent le corniste Oliovier Darbellay, le cymbalumiste Luigi Gaggero, et le flutiste à bec Antonio Politano —, un sentiment nous collera à la peau toute la soirée durant : celui d’un spectacle mal ficelé et désordonné. Le dispositif scénique, qui place les musiciens en fond de scène, derrière des grilles, et l’absence de chef rendent la mise en place acrobatique, gâchant en grande partie la saveur des nombreux clins d’œil dont Gervasoni a semé sa partition (le meilleur étant sans doute cet Air du froid extrait du King Arthur de Purcell, revu et corrigé pour « geler » l’action au moment de la dissolution des limbes).

Le reste est à l’avenant : le livret tombe à plat, passant à côté de la dimension humoristique de la situation, la mise en scène, qui enchaîne les pantomimes est trop souvent mal réglée, dégageant un sentiment fâcheux d’artificialité et de ridicule.

Renseignement pris, il s’avère que des soucis contingents n’ont pas permis aux trois créateurs de s’accorder suffisamment en amont, et de travailler en collaboration à l’élaboration de la pièce. Espérons que le ratage manifeste de cette création leur donnera l’énergie nécessaire pour recadrer le tir en vue des représentations suivantes. Et le temps presse : Limbus Limbo doit être le 29 novembre à Rouen, pour le Festival Automne en Normandie, puis les 3 et 4 décembre à l’Opéra Comique, à Paris. Il s’arrêtera ensuite le 15 décembre à Reims, le  10 mars à Salzbourg, le 19 avril à Grenoble, le 6 juin à Hanovre et le 9 juillet à Marseille.

> Théâtre national de Strasbourg, le 23 septembre 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat