Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 27 août 2012

Haendel à la Chaise-Dieu

Aujourd’hui l’un des plus prestigieux  rendez-vous festivaliers de l’été, le Festival de la Chaise-Dieu a ouvert sa 46ème édition mercredi dernier. L’occasion de réentendre quelques œuvres sacrées qui se font trop rares, comme l’oratorio Theodora de Georg Friedrich Haendel.

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© jesebbach

Aujourd’hui l’un des plus prestigieux  rendez-vous festivaliers de l’été, le Festival de la Chaise-Dieu a ouvert sa 46ème édition mercredi dernier. L’occasion de réentendre quelques œuvres sacrées qui se font trop rares, comme l’oratorio Theodora de Georg Friedrich Haendel.

Le Festival de la Chaise-Dieu, c’est d’abord la rencontre d’un artiste, György Cziffra, et d’un lieu, la magnifique Abbatiale Saint-Robert, bijou à mi chemin entre roman tardif et gothique. Lorsque Cziffra le visite pour la première fois, l’édifice est en ruine — ou presque. Séduit, il donne un premier concert, en 1966, et reverse son cachet pour aider à la restauration du site — la restauration se poursuit d’ailleurs encore aujourd’hui, la Chapelle des Pénitents Blancs a ainsi retrouvé son état originel l’an dernier. D’une année sur l’autre, Cziffra revient, et, d’un simple concert, l’événement se fait peut à peu rendez-vous annuel, puis festival.

Il ne connaît son véritable essor que dans les années 70, et surtout au début des années 80, lorsqu’il devient une sorte d’université d’été du renouveau baroque. On peut y entendre Malgoire, Herreweghe, Christie… Avec une dominante de la musique sacrée française, l’exploration du répertoire est l’occasion de rendre tout son lustre à cette musique qu’on ne cesse alors de redécouvrir.

En ce samedi 25 août, c’est encore le baroque sacré qui est à l’honneur, avec l’oratorio Theodora de Haendel, interprété par Christoph Spering, à la tête de Das neue Orchester et Chorus Musicus Köln, deux ensembles qu’il a fondés outre-rhin il y a une vingtaine d’années, et qui font aujourd’hui référence dans le petit monde de la musique ancienne.

Theodora fait figure d’exception dans le long catalogue de Haendel : cet oratorio est l’un des rares oratorios, et le seul que lui-même ait écrit, qui retrace, non un épisode de l’Ancien Testament, mais les épreuves de martyrs chrétiens. C’est aussi une partition moins brillante, et plus intimiste que ce à quoi nous sommes habitués de sa part.

Christoph Spering et Anna Palamina © B. Pichène

Un intimisme qui laisse parfois ses interprètes interdits quant à la conduite à tenir. Christoph Spering, lui, semble, du moins dans le premier acte, un peu désarmé face à cette subtilité de l’émotion. Et, après une ouverture assez molle, c’est une première partie de concert bien poussive à laquelle on assiste. Le chef ne tient pas ses musiciens, ceux-ci sont donc de fait extrêmement brouillons. Seuls rayons de soleil : le chœur, d’une part, d’une justesse et d’une homogénéité remarquable, et le premier air de Theodora elle-même, incarnée par la soprano Anna Palamina. Doté d’un joli brin de voix, maîtrisant à merveille son vibrato, virevoltante de délicates articulations, et profitant avec un plaisir non dissimulé de la résonance de la voûte, Anna Palamina est lumineuse : ce chant d’adieu au monde n’est par sa voix ni complaisant, ni pitoyable, mais d’une grande délicatesse, et comme rayonnant d’acceptation. Et si l’on peut regretter quelques menues insuffisantes techniques et une diction anglaise parfois approximative, cette jeune soprano fait montre d’admirables promesses.

Si l’ennui a pu s’installer dans le premier acte, le second, en revanche, voit les musiciens et chanteurs reprendre du poil de la bête. Finies, les approximations, finie, la justesse douteuse, les deux derniers actes correspondent bien plus à la réputation de Christoph Spering et de ses musiciens. Outre Anna Palamina, on retiendra la performance toujours exemplaire du chœur, dont les accents dynamiques et les phrasés sont époustouflants, et l’Irène de Franziska Gottwald. Dotée d’une voix profonde et onctueuse, cette mezzo-soprano force l’admiration par la tendresse de ses phrasés et la perfection de sa projection. À ses côtés, le reste de la distribution s’épanouit : le contre-ténor Alex Potter, le baryton-basse (et très plaisant méchant de l’histoire) Daniel Rashinsky, le ténor Andreas Karasiak.

Preuve qu’on était en droit d’attendre mieux de ce concert…

> Abbatiale Saint-Robert, 25 août 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX