Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 29 août 2012

La quadrature de la Messe en Si

À la Chaise-Dieu, Daniel Reuss offre une lecture magistrale et inspirée du chef d’œuvre de Johann Sebastian Bach, à la tête de la Cappella Amsterdam et de l’ensemble baroque belge Il Gardinello.

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© jesebbach

À la Chaise-Dieu, Daniel Reuss offre une lecture magistrale et inspirée du chef d’œuvre de Johann Sebastian Bach, à la tête de la Cappella Amsterdam et de l’ensemble baroque belge Il Gardinello.

La célèbre Messe en Si de Bach recèle, encore aujourd’hui, de nombreux mystères, et l’on peut douter qu’ils s’éclaircissent un jour. Il y a d’abord son apparent œcuménisme : une messe catholique, composée dans esprit manifestement luthérien. Certes, sa dédicace première était au Prince électeur de Dresde, qui était catholique, et Bach lui-même était un luthérien convaincu. Mais cela n’explique pas tout. Pourquoi, par exemple, avoir bâti un tel monument — presque deux heures de musique ! — : une partition fleuve concrètement inadaptée à toute liturgie ? Et puis il y a le temps de la composition : le Sanctus (Vidéo), qui se trouve normalement vers la fin de la messe, date de 1723 et c’est le premier numéro que Bach compose. Il faut ensuite attendre 1733 pour qu’il couche le Kyrie et le Gloria — une composition motivée par sa candidature au poste de Compositeur de la Cour du Dresde (d’où la dédicace). Enfin, Bach ne mettra la dernière main à son grand œuvre qu’en 1748, soit 24 ans après la composition du Sanctus, et 2 ans à peine avant de mourir.

Pour ce faire, il compose, certes, de nouveaux numéros, mais remanie également quelques pièces déjà écrites, reprises dans diverses œuvres antérieures, notamment des cantates — un renouvellement du matériau dont il est coutumier (il le fait aussi pour ses Passions, son Oratorio de Noël et quelques autres) — faisant de cette Messe en Si ce qu’on appellerait aujourd’hui un « Best Of ». Et c’est en effet l’un des plus beaux chefs-d’œuvre de l’histoire de la musique.

Mais pourquoi ? Pourquoi cette volonté de constituer ainsi un recueil — par ailleurs parfaitement écrit et cohérent, malgré la distance qui sépare la composition des différentes partie ? Serait-ce une forme d’exercice qu’il s’impose, comme ce fut le cas pour quelques autres de ses monuments (L’Art de la Fugue, le Clavier bien tempéré) ? Est-ce l’obscurité qui l’envahit chaque jour un peu plus (atteint de cataracte, sa vue baisse depuis 1745) ? Est-ce un idéal intellectuel, ou mystique, qu’il cherche à atteindre ?

Quoi qu’il en soit, Bach n’aura jamais vécu cet idéal que par bribe, ou sur le papier : il n’entendit jamais sa Messe dans son intégralité.

Pour l’interprète, ces mystères impliquent de nombreuses embuches : quel effectif pour l’ensemble ? Doit-on jouer chaque numéro comme isolé ? ou inscrit dans un tout ? Et en ce cas, est-ce le tout d’une partie (dans la liturgie catholique, toutes les prières ne sont pas dites au même moment), ou un tout global ? Dit plus simplement : comment tenir la distance ? Sans parler des innombrables soucis techniques et musicaux qui se posent aux musiciens.

À écouter Daniel Reuss diriger, on se prendrait à croire, au contraire, que tout coule de source. Comme si de rien n’était, l’air de n’y pas toucher, le chef néerlandais insuffle à cette partition fleuve un élan fabuleux : c’est une véritable narration qu’il bâtit, d’un mouvement à l’autre, avec un talent, un tact, et une énergie hypnotisants — et les 2 heures de concert (sans entracte) passent comme une fleur.

C’est ainsi qu’il ne faudra pas s’impatienter dans le Kyrie Eleison. Avec son chœur, parfait d’homogénéité et d’équilibre, et son orchestre, d’une rondeur onctueuse, Daniel Reuss entame sa Messe en Si sans se presser, et, surtout, sans forcer. Nul besoin de sortir les gros calibres : il arrivera ce qu’il devra arriver, il ne s’agit pas ici de faire gonfler une tension qui ne ferait que retomber prématurément. Et c’est là-dessus que se déploie la fugue, avec un sentiment d’inéluctable, une irréversibilité du contrepoint qui ne fait qu’en renforcer la beauté. Même chose dans le Christe Eleison.

L’arrivée du Gloria s’accompagne de celles des cuivres : puissant feu d’artifice, trompettes et cors seront exemplaires, à l’instar tous les autres solos instrumentaux portés avec brio et sensibilité par les membres de l'ensemble El Gardinello — à la seule exception du Quoniam tu solus sanctus, dans lequel le cor soliste éprouvera quelques petits problèmes dans son duo avec basse. 

La dramatisation du texte entreprise par Daniel Reuss est bien naturellement particulièrement perceptible dans le Credo (qui retrace notamment la vie du Christ), dont chaque numéro est comme une miniature réalisée avec un soin infini, et une force expressive époustouflante.

Seul petit regret (notamment dans le Benedictus) : la distribution. Toutes les parties solos sont assumées par des membres de la Cappella Amsterdam mis en avant. Un parti pris qui a ses bons côtés : si l’on peut regretter que ceux-ci n’aient pas la puissance ou la personnalité d’un soliste, le mariage de leurs timbres est indubitablement exquis. Cela peut donner le meilleur (les ensembles vocaux) comme le pire. On pourra toujours se consoler en se disant qu’il en était probablement de même à l’époque.

Quant au Sanctus, il confirmera, s’il en était encore besoin, que, s’il ne révolutionne pas ici l’histoire de l’interprétation de la Messe en Si, Daniel Reuss n’en est pas moins un digne héritier des Gustav Leonhardt, Nikolaus Harnoncourt ou Philippe Herreweghe.

Un chef à suivre, dans tous les répertoires…

> Abbatiale Saint-Robert, 28 août 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux