Repentance au P.S. ?

 

24.05.Cambadelis-Moscovici.Maxppp.930620_scalewidth_630.jpg

 

Le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis, sur son blog ce samedi, critique le PS, le Front de gauche, les écologistes qui souhaitent faire cavalier seul aux prochaines municipales, et pense que «mobiliser l’opinion pour imposer l’union» à gauche pour ce scrutin «est une urgence».

 

«La gauche part dans tous les sens. Les écologistes ne veulent rien entendre à l’union aux élections municipales. C’est donc la division, mais ils restent dans le gouvernement», poursuit-il.  Il s’en prend aussi au Front de gauche «uni aux socialistes dans les municipalités» (NDA : faux, c’est loin d’être systématique !), mais qui les «bombarde» au niveau national, ainsi que les Radicaux de gauche qui «traînent des pieds sur tous les sujets à l’Assemblée nationale et au Sénat».

 

Le parlementaire n’est pas non plus tendre avec  son propre parti, dont il souhaiterait prendre la direction en 2014 face à Harlem Désir : «Quant au PS, il joue le temps des groupuscules multipliant clubs et mises en demeure de son propre gouvernement». Et de tonner :   «personne n’avance une alternative politique cohérente ou n’ouvre une perspective».

 

Mais l’angoisse  des municipales de mars 2014 se fait sentir. Le succès du F.N. aux différentes législatives partielles depuis un an, qui a laminé les différents candidats P.S. alarme Cambadélis.  «Mobiliser l’opinion pour imposer l’union aux élections municipales est une urgence. S’unir c’est arriver en tête au premier tour, juguler le risque de l’UMP et faire reculer celui du Front National», larmoie-t-il.

 

 

Ce à quoi il est facile de répondre :

 

Vous les dirigeants du PS vous aviez une chance historique : Gouvernement, Assemblé Nationale, Sénat, Régions !


Et le référendum pour modifier la constitution. (Indépendance du parquet, conflits d'intérêts, interdire le lobbying, cumul des mandats, référendum d’initiative populaire, passage à la VIème république...) 

Une majorité de français s’estime avoir été trompée par François Hollande qui n'a pas tenu ses engagements de campagne.

Sa  politique sociale libérale se place dans le sillon de celle de Nicolas Sarkozy, le peuple de France n’est pas dupe.

 

A maintes reprises vous avez méprisé (un comble pour un parti qui se dit « socialiste » !)  le peuple qui souffre.

 

Vos  intérêts personnels : avantages des ministres, sénateurs, députés dont les justificatifs sont toujours aussi obscurs, pensez-vous que la population en soit inconsciente ?

 

Il n’est qu’à comparer la situation des ministres suédois à celle des ministres français !  Point n’est besoin de commentaires !

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/guy-belloy/030712/pas-de-chocolat-pour-les-ministres-suedois

La France, qui fut dit-on la Patrie des Droits de l’Homme, a bien changé de cap.

 

En mars 2014 et surtout en mai 2O17, vous aurez la responsabilité d’avoir amené au pouvoir une droite mâtinée fortement de F.N.

 

Belle performance pour un parti qui se disait proche du peuple.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.