Majead
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

De l'Amour

Suivi par 7 abonnés

Billet de blog 1 juin 2010

Aime-toi toi même !

Majead
Poète/Chroni-coeur/Slameur....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

AIMER ! Un verbe si facile à prononcer. Si léger. Mais si lourd de sens dans nos sociétés insensées. Rapports tendus. L'altérité se présente comme une menace à peine voilée. Un mot vidé de sa substance par les aspirateurs urbains que sont le culte de la performance et la religion de l'apparence. Le dogme du Paraître. La dictature de l'apparat. Le quotidien est un traquenard. Sitôt mit le pied dehors, les cœurs affamés d'amour sont pris au piège. Le piège du faire semblant. Dehors, c'est un festival de costumes. Des milliers de tenues rivalisent d'élégance. Un florilège de silhouettes uniformisées. Un défilé de physionomies satinées... Aujourd'hui, la vérité est dans l'image. On est beau ou on est moche. On est attirant ou repoussant. Le reflet et les effluves sont le langage commun. On se regarde. On s'observe. Trente secondes de visu. Le premier coup d'œil est le bon...ou le mauvais. On se sent, on se renifle et plus si affinités... La comédie moderne se joue chaque jour sous nos regards résignés. Les hommes de la ville se sont bestialisés. La ville ? Élément moderne d'aliénation collective. On vit les uns à côté des autres, les uns sur les autres...mais personne ne se connaît véritablement ! Pire ! On se fait la guerre au moindre prétexte ! Quel rapport avec l'Amour ? Aimer...c'es se soucier de...être attentif à... Paradoxe moderne : des populations décident de se rassembler dans un même lieu pour mieux s'ignorer ! Réalité tacite : Ne rien laisser transparaître de son désir d'être aimé et d'aimer... Désir d'amitié. Volonté de fraterniser. Les liens se sont crispés. Le désespoir est une routine. La souffrance...un aveu d'échec. Une déclaration de faiblesse. Pourtant, les cœurs sont victime d'une famine féroce. Ils crèvent de faim. La nourriture qu'ils réclament n'est pas visible. C'est un aliment qu'on ne trouve pas dans les rayons de supermarché. Mais dans les étalages des âmes universelles... Faire le constat du manque d'amour dans nos sociétés, c'est faire le constat du divorce de soi avec soi. On ne s'aime plus. On se sent dévalorisé. Dégradé dans son intime désir de vivre heureux et en paix avec soi et les Autres. Ringard attitude. Alors, en privée, chacun s'occupe de son Enfer en catimini. En public, on salut et on sourit. On feint. Volte face. Les déceptions sont si nombreuses. Les frustrations, légions. Les trahisons, monnaies courantes. On se protège comme on peut. La confiance est le ciment de toute relation humaine durable. Le drame est ici : on n'ose plus faire confiance...on ne veut plus faire confiance...on ne sait plus faire confiance...

Alors, il faut ré-apprendre. Si tenté qu'un jour on a su. Peu importe.

AIMER est un apprentissage. Sans aucun doute. Parce que l'Amour ce n'est pas posséder l'autre - son partenaire, son ami - L'être aimé n'est pas un objet que l'on pourrait placer et déplacer à sa guise. L'erreur commune est de vouloir que l'être aimé soit à son image...conforme à ses désirs et à sa volonté. Tel un fac-similé. On croit aimer l'Autre, mais bien souvent, c'est soi-même qu'on aime à travers l'Autre. On devrait enseigner l'acte d'Aimer dès le bas âge, au même titre que les mathématiques ou le français. AIMER... Voilà la véritable révolution. Car Aimer malgré toutes les raisons que procure le quotidien de ne penser qu'à soi, d'ignorer, de mépriser, voire de haïr son prochain demande du courage et du sacrifice. Oui ! Je pars de ce postulat : le quotidien est violent psychologiquement. En aucun cas, il invite à la bienveillance. Au contraire. Notre mode de vie est pathogène et anxiogène. Il invite au repli sur soi, à l'indifférence, à la défiance, à l'individualisme. Dépressions, stress, rupture sociale et familiale, violences, injustices, crimes... Faut-il développer davantage ? Nos cœur subissent beaucoup d'agressions, le genre d'agressions qui ne laisse pas indemne et provoque des séquelles. La principale étant le désespoir. On ne croit plus en l'homme. On ne croit plus en l'Amour. On ne croit plus en rien. On ne croit plus en soi. Pour combler ce ravin affectif, on se consacre corps et âme au travail et au divertissement. On se jette volontairement de la poudre aux yeux pour ne plus voir son malheur et le désastre du monde. Pour oublier. S'oublier. C'est ce que suggèrent en substance certains érudits : « pour vivre heureux il faut vivre dans l'illusion ! ». C'est un choix en effet. C'est humain. Mais de loin, je préfère rejoindre Gandhi quand il dit que nous nous devons être le changement que nous désirons voir en ce monde ! Commencer par s'aimer soi-même envers et contre tout. Aimer ses proches. Aimer ses voisins. Aimer autrui. Dans la capacité de ses moyens émotionnels, spirituels et psychologiques. Et ainsi, l'influence de chaque être aimant et de chaque être aimé produit ses effets, de fil en aiguille. Facile à dire n'est-ce pas ! Non ! Ce qui est facile, c'est de détruire les liens sacrés qui unissent chaque être humain dans sa dignité d'homme. Ce qui est facile, c'est de se moquer de celles et de ceux qui ont décidé chaque jour que Dieu fait, de vivre selon la règle de l'Amour. C'est sûr, ce n'est pas flashions, ce n'est pas bancable !

A l'heure où l'on cherche à nous opposer les uns les autres, à diviser, à focaliser sur les différences et les défaillances...AIMER devient par conséquent un acte hautement symbolique. Politiquement incorrect. Car il est bon ton aujourd'hui d'accuser, de juger, de mépriser celles et ceux qu'une certaine volonté élitiste politico-médiatique nous demande d'accuser et de détester.

AIMER. Il ne s'agit pas d'un Amour bête et naïf. Il s'agit d'élever sa propre conscience au-delà de l'antipathie généralisée...

Majead At-Mahel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu