Sé on Sèl manman nou tini

Sé on sèl manman nou tini © atmahel
Sé on sèl manman nou tini © atmahel

"Sé on Sèl manman nou tini" est une expression créole qui signifie "On n'a q'une seule mère !"... Ce slam est un hommage aux mamans, extrait de mon nouvel Opus, "Dégâts & D'EGO" bientôt disponible...

 

Texte

SE ON SEL MAMAN NOU TINI

Pros-ti-tu-tion, une ins-ti-tu-tion
Vieille comme le monde et jeune comme ma mère
Eh ouais…je suis l’enfant de la débauche, le fils de la misère
Une ébauche, une esquisse, une injure sur mesure, clé en main
Une présence qui gêne, qui fait tâche
Un mauvais augure, un fétiche

Je suis né dans une ruelle
Ma mère travaillait pour sale type, un mec, un mac cruel
Prise en otage
Par un homme qui lui faisait du chantage

Continuer à faire le commerce de ses charmes
Ou m’abandonner sur le macadam
Au vu et au su de n’importe quel quidam

Ma mère était une belle femme
Elle avait un regard percutant comme un hypercut
Une grâce, qui étourdissait comme des perkus
Elle était la coqueluche des clients infâmes

Durant les réjouissances du week-end, dans une chambre sans décor
J’attendais à côté, et j’entendais le bruit des corps
Je voyais le défilé des mâles en rut
Respectant leur tour comme dans un rite
J’entends encore mon cœur qui palpite
J’aurais voulu tous les tuer ou les envoyer paître
Les envoyer à confesse chez un prêtre
Ma mère, c’était mon trésor, ma pépite

Mais j’ai grandi ainsi
Ma mère aurait aimé agir à mon insu, en discret
Afin de m’épargner son discrédit
Mais elle n’avait pas le choix
Alors, elle a voulu que je sache que la vie est une « assassine »
Quand la nécessité et le vice s’acoquinent dans un mariage insensé !

J’ai retenu la leçon et j’ai gardé en mémoire le son de sa voix
Je ne connais pas son histoire et je ne veux pas la savoir
Mais je connais ses blessures, ses cicatrices
Son âme est scarifiée
Pour moi, elle a tout sacrifié
Son honneur, son orgueil, sa fierté, ses caprices

Ma mère a passé sa vie sur des pavés
Mais ce n’était pas une dépravée
D’instinct maternel, elle en n’était pas dépourvue
Elle m’a élevé, elle m’a aimé, en privée, malgré tous les imprévus

Sur sa tête, je lui pose une auréole
C’est mon ange et comme on dit en créole :

« Sé on sel maman nou tini ! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.