Des élections législatives en Espagne...pour les animaux !

Des élections législatives en Espagne auront lieu ce dimanche 20 décembre, opposant quatre grands partis politiques, deux partis historiques (PP et PSOE) et deux nouveaux, Ciudadanos et PODEMOS. Mais un cinquième parti va livrer bataille, le PACMA, parti animaliste, défenseur de la cause animale. Dans quelle mesure ce dernier peut-il avoir des députés pour transformer la condition animale ?

Pour ces élections législatives espagnoles, le parti animaliste espagnol va livrer bataille contre ces partis anciens et nouveaux qui ne font pas de la question animale une question importante. Le PACMA est le nom de ce petit parti pas comme les autres dont l'audience est en augmentation constante, jusqu'à atteindre plus de 300000 voix lors des dernières élctions générales.

Mais un problème se pose car la loi électorale espagnole sanctionne injsutement ce type de parti qui, même s' ils obtiennent beaucoup de voix, n'arrivent pas pour autant à obtenir des députés ! Pourquoi ? Parce que cette loi électorale préféère privilégier les partis traditionnels...C'est ce qui est arrivé puisqu'un parti politique ayant obtenu moins de voix que le PACMA, a réussir à obtenir des députés ! Injustice profonde !

D'où le dilemme auquel les amis des animaux seront confrontés dans les jours à venir : soit voter pour le PACMA en sachant qu'ils ne dépasseront pas 3 % des voix et donc n'auront aucun député en raison de cette loi électorale injuste, soit voter pour le seul parti politique qui veut changer cette même loi et permettre à des petits partis, comme le PACMA, d'obtenir des députés animalistes au parlement espagnol; afin de s'allier avec PODEMOS et créer les conditions pour transformer en profondeur la condition animale en Espagne par la voie politique et démocratique !

Problème complexe, aporie impossible mais qui oblige à pennser en profondeur ce que veut dire s'engager pour les animaux !

jaquis 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.