J Houmous
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Droits des animaux

Suivi par 204 abonnés

Billet de blog 24 nov. 2019

Abattoir de Mauléon : d'actes de cruauté à l'intimité de la vie privée

J Houmous
Droit des animaux - Militantisme - Articles - Humour végan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Des animaux qui morflent

Les faits se déroulent au sein d'un abattoir, pardon, d’une "entreprise de découpe de viande" (c'est plus classe), située dans la petite ville de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques. Ils remontent à mars 2016 et ont été filmés en caméra cachée par l'association de protection animale L214. La vidéo montre des animaux qui reprennent conscience alors qu'ils sont suspendus par les pattes (pour la saignée) ; des employés qui commencent les opérations de découpe (tête, pattes) sur des animaux encore vivants ; d'autres qui frappent ou assomment des ovins à l'aide de crochets, poussent des bovins en leur assénant des coups d'aiguillon électrique à répétition ; ou encore un agneau écartelé vivant, pris entre deux crochets en l’absence de tout opérateur.

Un patron qui n'est pas au courant

L'abattoir intercommunal de Soule (c'est son nom) est pourtant censé être "un must" du genre. Comptant une trentaine d'employés, il se présente comme un établissement "résolument tourné vers l’abattage de qualité" et produit des viandes certifiées Ecocert (Bio) et Label Rouge. Qu'en pense son directeur Gérard Clémente ? Interrogé à l'époque des faits, ce dernier affirme tomber des nues : "Je suis dégoûté, c'est inadmissible ... j’ai essayé d’améliorer les conditions d’abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes. On est cuit". Encore un patron trop gentil qui se fait bouffer tout cru par ses employés : dégueulasse.

Des employés qui ne font pas exprès

L214 porte plainte et l'affaire est jugée à Pau le 29 octobre 2018. L'ancien directeur (il a pris sa retraite entre-temps) ainsi que quatre employés sont alors condamnés à des peines légères ; le premier écope de six mois de prison avec sursis et 180 € d'amende, tandis que les suivants reçoivent des amendes allant de 80 à 910 € ; l'abattoir, en tant que personne morale, est quant à lui condamné à 10.000 € d’amende. Notons que le gros des sanctions (celles du directeur et de l'abattoir) concernent un "délit de tromperie" (tromperie sur la qualité du produit, équipement non conforme, personnel insuffisamment qualifié), les actes de maltraitance eux ("mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique"), n'étant punis que par de légères sanctions (celles des employés).

Des contrôleurs qui ferment les yeux

Indirectement, le procès de Pau est aussi celui des services de l'état ; à savoir les services vétérinaires de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP). Aucun signalement officiel n'ayant précédé la diffusion des images L214, il va quand même falloir s'expliquer un peu. Appelé à la barre, le chef de service "abattoirs et sous-produits" des services vétérinaires, Philippe Barret, admet alors une centaines d'infractions et "des anomalies sur le traitement des animaux", mais ... "pas d'actes de cruauté" (nuance) ; il finira quand même par concéder : "on aurait dû avoir plus de fermeté".

Des spécialistes en santé alimentaire pour enquêter sur des actes de cruauté

Egalement auditionnée lors du procès, Marie-Claude Boucher, de la brigade d’enquêtes vétérinaires (direction de l'alimentation / ministère de l'agriculture), en charge de l'enquête. Et celle-ci de déclarer : "à aucun moment, il n’y a eu de volonté de faire souffrir ... tant sur les vidéos que lors de l’audition du personnel" ; puis d'ajouter : "au visionnage, on voit des animaux qui sursautent, ça ne veut pas dire qu’ils souffrent ... il n’y a que l’opérateur qui peut se convaincre de l’état de conscience de la bête" ; avant de conclure à des pratiques ... "plutôt de bon niveau". Et pour les images horribles alors ? "Des mauvais gestes, du matériel dysfonctionnant peut-être, un manque de personnel certain" et "la cadence exceptionnelle" d’une période avant-Pâques.

Une société qui a du mal à se regarder en face

La faute à pas de chance ? Ou plutôt, un parfait exemple de dilution de la responsabilité. Des employés qui brutalisent les animaux pour répondre aux cadences infernales imposées par la direction. Une direction qui impose ces cadences pour répondre à la demande des consommateurs. Et des consommateurs qui préfèrent ne pas se poser trop de questions (Mmmmh ... l'agneau pascal). Et les contrôleurs dans tout ça ? Des fonctionnaires devant eux aussi répondre aux exigences de leur hiérarchie ; celle du préfet notamment (le chef des services vétérinaires dans le département), lequel doit pour sa part tenir compte des enjeux politico-économiques sur son territoire (acteurs économiques, fournisseurs d'emplois soutenus par les élus locaux ...).

Et des lanceurs d'alerte sur le banc des accusés

Dans ce système monstrueux où chacun se dédouane, quelques uns ont décidé d'agir. C'est le cas des militants de L214, qui, grâce à leurs caméras cachées, révèlent la réalité de certains élevages et abattoirs. Or, c'est précisément parce qu'ils ont été filmés à leur insu, que certains employés de l'abattoir de Mauléon ont décidé de contre-attaquer. Et viennent d'obtenir (l'affaire ayant été jugée à Pau le 18 novembre dernier) une condamnation de l'association pour ... "atteinte à l'intimité de la vie privée" (5 000 € d’amende + 1.500 € de dommages et intérêts). Curieuse application d'une loi censée protéger la sphère intime et personnelle, à des actes commis sur un lieu de travail. Et curieuse démocratie que celle qui dézingue ses lanceurs d'alerte. La justice est-elle elle aussi vouée à entériner ce système injuste et cruel ? La maltraitance animale a encore de beaux jours devant elle ...

Quelques liens

Les images de l'abattoir de Mauléon filmées par L214

La révélation d'actes de cruauté à l'abattoir de Mauléon (mars 2016)

Les plaidoiries au procès de Pau (29 octobre 2018)

Les services vétérinaires avouant avoir été "un peu légers"

Les missions de la brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires

Les condamnations au procès de Pau

La "maltraitance animale" n'est punie que par une amende de 750 € maximum ; les "actes de cruauté" sont quant à eux punis par despeines pouvant aller jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende.

L'association L214 condamnée pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" (18 novembre 2019)

Article 226-1 du Code pénal (sur l'atteinte à l'intimité de la vie privée)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart