pihoute
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Durablement votre ...

Suivi par 113 abonnés

Billet de blog 29 juil. 2010

Oui au droit à l’eau mais il faut s’en donner les moyens!

L’ONU a voté pour une résolution qui fait de l’accès à l’eau et à l’assainissement un droit de l’homme à part entière et cela nous réjoui tous. Seulement, on ne compte plus depuis 20 ans le florilège de déclarations, d’évidences non contestées, de mises en garde, d’appels à des mesures immédiates qui, pour l’instant, n’ont été suivis que de timides effets. En ce début de troisième millénaire, le problème du secteur de l’eau est avant tout financier.

pihoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’ONU a voté pour une résolution qui fait de l’accès à l’eau et à l’assainissement un droit de l’homme à part entière et cela nous réjoui tous. Seulement, on ne compte plus depuis 20 ans le florilège de déclarations, d’évidences non contestées, de mises en garde, d’appels à des mesures immédiates qui, pour l’instant, n’ont été suivis que de timides effets. En ce début de troisième millénaire, le problème du secteur de l’eau est avant tout financier.
L'éthique suggère que chaque habitant de la planète dispose d’une quantité suffisante d’eau pour vivre de manière décente. Et assurer l’équilibre financier de la gestion tout en garantissant l’eau à tous les pauvres, voilà les termes de l’équation à résoudre. C’est à ce travail qu’il faut désormais s’atteler pour éviter une catastrophe humanitaire et environnementale mondiale.

La principale réponse au problème de l’accès à l’eau passe obligatoirement par l’investissement dans la construction des infrastructures. Et là on parle d’investissements gigantesques : avec 1,5 milliard de personnes qui n'ont pas un accès direct à l’eau potable et 4 milliards d’individus qui ne sont pas raccordés à un réseau d’assainissement collectif, on mesure l’ampleur des moyens à mettre en œuvre pour atteindre une situation humainement acceptable.
Or, il n’y aura pas d’avancée décisive en ce sens sans un véritable engagement politique international permettant d’optimiser financements et aide publique au développement. Il s’avère également qu’un partenariat entre le public et le privé est nécessaire.

L’implication du secteur privé en termes de gestion déléguée d’un service public est devenue un sujet sensible depuis ces dernières années car il est souvent à la fois politique et polémique. Néanmoins, en dehors de toute considération idéologique, il est désormais nécessaire et urgent de lancer une nouvelle réflexion pour un partenariat global entre le public et le privé dans l’eau pour faire face à un défi d’une ampleur exceptionnelle.
Le partage des risques entre le secteur privé et le secteur public constitue une des clés du succès. Aujourd’hui, le secteur privé, notamment au travers des groupes français, peut apporter beaucoup grâce à son expérience, son savoir-faire technique, ses capacités de recherche, la gestion commerciale, l’assistance à la conduite des programmes d’investissement ou la gestion de l’exploitation.
La mise en œuvre d’une telle politique n’est pas envisageable sans un engagement politique international fort venant. Pour surmonter un tel défi, l’engagement de la communauté internationale est incontournable et affirmer que l’eau est un droit sans s’en donner les moyens est inutile.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard