La flambée des prix de nos super-marchés.

Eh oui, en homme moderne, cela fait 28 ans que je fais mes courses. Soit seul, soit en compagnie de mon épouse. Nous avons écumer tous ce que la grande distribution compte et à compter de marques depuis ces 3 dernières décennies. Des Euromarchés, Mamouth, Prisunic ou Continent d'un autre temps à nos actuels Carrefour, Auchan, Super et Hyper-U, Cora, Champion etc... Depuis peu même, suite à la perte de mon emploi, j'ai aussi hanter les travées des Lidl, Leader-Price, ED, Aldi et autres Hard-Discounteur qui vampirisent actuellement nos banlieues.

Alors je peux sereinement témoigner : Oui, la hausse des prix de l'alimentaire est une réalité. Je ne vais pas vous innonder d'exemple, mais les rayons Coupe et frais des super-marchés en sont les plus criants. Charcuterie, fromages, poissons, viandes, traiteur ont tous sans exceptions fait grimper leurs étiquettes de 10 à 50 % sur certains produits, mis à part peut-être les crevettes roses d'élevage qui n'en finissent plus de baisser dangereusement, ce qui est pour le moins inquiétant.

Alors pourquoi cette augmentation depuis Janvier 2008 ? Tout le monde s'accordent à penser que la hausse des céréales, la demande des pays emergents, bla, bla, bla b la sont les vrais raisons de la hausse. Je peux affirmer, après avoir enquêté discretement auprès des différents personnels de la grande distribution sans bien-sûr me faire passer pour un journaliste que d'ailleurs, je ne suis pas.

Les conclusions toutes simples de cette petite enquête sont simples. Avril sonnera le départ des nouvelles négociations fournisseurs-Distributeurs sur les remises et rabais consenties sur les produits. Rien de neuf me direz-vous par rapport aux années précédentes ! Et bien si, justement, tout a changé, tout va changé. Ces négociations déboucheront pour la première fois sur la prise en compte des fameuses marge-arrières des distributeurs sur le prix final des produits. C'est à dire que les remises accordées jusqu'àlors sur les produits et les quantités pourront être, si le distributeur le souhaite, retrocédées aux consommateurs.

Donc, comme un distributeur, si populaire soit-il n'est tout de même pas un bienfaiteur de l'humanité et qu'il souhaite, malgré tout montrer à la population qu'il va permettre la hausse du pouvoir d'achat par une baisse des prix grâce à cette nouvelle lois sur l'utilisation des marges arrières, il a par avance considérablement augmenté les prix, quitte à creer un mécontentement durant le premier trimestre 2008.

Ce qui va se passer maintenant, grâce à ces augmentations de tarifs faramineuses décidées en Janvier ? Des campagnes de pub incessantes et toutes azimuth sur "Votre super-marché vous repercutent les remises des fournisseurs". Les slogans sont prêts chez les publicistes, les affichent sont tirées, les catalogues sont imprimés et effectivement on peut s'attendre à des baisses allant jusqu'à 20 % et peut-être plus des produits alimentaires qui auront au préalable....pris 30 à 50 % !!!

Bien joué les distributeurs. Tentons de ne pas être dupes, mais profitons tout de même de ces aubaines afin que le panier des ménagers et ménagères, tout en baissant un peu par rapport à ce début d'année loufoque, ne subissent finalement qu'une augmentation de 10 à 15 % par rapport à fin 2007.

Voilà comment, en deux coups de cuillers à pots, on entourloupe toute une population. Notre gouvernement, très certainement, ne manquera pas non plus de magnifier les bienfaits de cette nouvelle loi sur les marges arrières. Espérons qu'il n'y rajoute pas une campagne de Pub supplémentaire.

 

Allez, bonnes courses et à bientôt !

 

Marc ATTAL

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.