Lucie Eple
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Editer au Maghreb

Suivi par 2 abonnés

Billet de blog 10 janv. 2012

Exploration collective de deux éditeurs du Maghreb 1/3

Dans le cadre d'une opération dédiée à deux éditeurs du Maghreb sur Libfly.com, vous pouvez recevoir jusqu'au 30 janvier deux livres des éditions Elyzad (Tunisie) et Barzakh (Algérie) contre chroniques de lecture. Les deux éditeurs seront présents à Lille pour une rencontre le lundi 13 février, retransmise dans son intégralité à partir du 15 février sur Libfly.

Lucie Eple
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le cadre d'une opération dédiée à deux éditeurs du Maghreb sur Libfly.com, vous pouvez recevoir jusqu'au 30 janvier deux livres des éditions Elyzad (Tunisie) et Barzakh (Algérie) contre chroniques de lecture. Les deux éditeurs seront présents à Lille pour une rencontre le lundi 13 février, retransmise dans son intégralité à partir du 15 février sur Libfly.

A cette occasion, deux contributeurs de Libfly ont reçu et fait la chronique de deux livres : Cinq fragments du désert de Rachid Boudjedra, illustré par Rachid Koraïchi, coédition Barzakh / Actes Sud, et Tes Yeux bleus occupent mon esprit de Djilali Bencheikh, également auteur de Beyrouth Canicule, titre lui aussi diffusé aux lecteurs, aux éditions Elyzad. Les éditions Elyzad viennent d'ailleurs très récemment de recevoir le prix le Prix Alioune Diop 2011. Institué par l’Organisation internationale de la Francophonie, le prix Alioune Diop, du nom du pionnier de l’édition africaine et fondateur de la maison Présence africaine, « récompense un éditeur s’étant illustré dans la qualité de sa production ». Les éditions elyzad ont été honorées par le jury parmi une quinzaine de maisons d’édition venant de Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal, du Togo et de Tunisie.

Cinq Fragments du désert - Rachid Boudjedra, illustré par Rachid Koraïchi - Barzakh / Actes Sud 2007

Vu par Darsan

En cette veille d’Epiphanie, jour des rois et manifestation de la lumière solaire symbolisée par la galette du même nom, je vous propose un peu de chaleur avec ces Cinq fragments du désert dans le cadre de l’opération Deux éditeurs se livrent spécial Maghreb, organisée par Libfly et les éditions Barzakh et Elyzad.
L’occasion de découvrir le premier de ces éditeurs, Barzakh, qui se présente lui-même ainsi : « Tout est parti d’une passion, celle des livres. Compagnons de longue date, ils peuplent notre espace et vivent en nous depuis toujours. Etudiants à l’étranger dans les années 90, nous lisions fiévreusement, inquiets pourtant de constater la quasi absence de publications littéraires en Algérie. Une fois revenus au pays, nous créons les éditions barzakh. C’était en 2000, le contexte, paradoxalement, s’y prêtait : foisonnement de création et de désirs après le désastre. »
Après des années de partenariat Barzakh et Actes Sud co-éditent en 2007 une édition augmentée, bilingue français-arabe, traduite par Hakim Miloud et illustrée par Rachid Koraïchi, des Cinq fragments du désert de Rachid Boudjedra. L’auteur, grande figure de la littérature algérienne, professeur de philosophie, poète, essayiste, romancier et enfin dramaturge, réalise ici un bel ouvrage, à la fois livre d’art, recueil de poésie et regard prosaïque sur une région pour l’indépendance de laquelle il a autrefois pris les armes.
Introduits par cinq citations de Saint John Perse extraits de L’Exil et de L’Anabase, ces Cinq Fragments se présentent comme un parcours initiatique des étendues désertiques. La nuit il n’y a pas de désert. Noir, vide, sable, forme, couleur mais aussi mouvements : ici le Sahara parle un langage que l’auteur essaie de déchiffrer à travers les éléments, le végétal et le minéral, les perceptions, les sensations, l’imaginaire aussi, dans lesquelles on se perd cependant. Le jour le Sahara est une confusion. Lumière, densité, présence, nuances et traces. Là où l’on croirait voir le désert c’est à soi-même que l’on fait face avant qu’il ne consente à se laisser découvrir. Le Sahara est un chant de nuit aussi. La recherche d’un sens peut-être. Entre vide et confusion, comment s’orienter, se repérer, trouver un chemin, enfin quand le nuit, de nouveau, efface ce qui semblait se livrer ? L’auteur fait ici appel aux « gens de la nuit désertique », à leurs oasis, à leur histoire, mais aussi aux animaux qu’ils côtoient, à l’immobilité de ceux-ci et à l’hospitalité de ceux-là pour se découvrir finalement comme « à l’intérieur de soi ». Le Sahara n’est pas un désert. Pour le réaliser il faut oublier ce que l’on sait, le silence et les mirages. Car Le Sahara est un leurre aussi.
Et de fait cet ouvrage est trompeur, ne serait-ce que par sa conception. Ainsi n'est-il pas constitué comme annoncé d'une, mais de deux fois 47 pages, la première en français, la seconde en arabe, qui commencent à l’opposée l’une de l’autre (qui se lit comme un manga, à l'envers et de la droite vers la gauche) et se font face à la manière d’un miroir (mises à part quelques modifications dans les illustrations ou l’ordre de celles-ci), pour se rejoindre en son centre.
Cet aspect particulier m’a rappelé le poème symphonique Dans les steppes de l’Asie centrale de Borodine, où j’avais étudié en classe comment les deux mouvements qui le constituent et représentant respectivement l’influence de l’orient et celle de l’occident se rejoignent dans un crescendo. Tant il est tentant de convoquer les souvenirs et références que nous évoquent le désert, du Petit Prince à Lawrence d’Arabie en passant par Poly en Tunisie, quand l’auteur appelle au contraire à parcourir ce livre pour ce qu’il est, un Tao du désert, qui dit et ne dit pas ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.
Et si, êtres de raison plus que de vie, nous venions malgré tout à déplorer que ce livre soit, à l’image du désert, trop mouvant pour pouvoir en retenir quelque chose, comme si les mots glissaient comme du sable entre nos doigts, sans doute pourrions-nous encore nous raccrocher à l’idée et à l’adage émis par Boris Vian et qui voudrait que « Le désert est la seule chose qui ne puisse être détruite que par la construction ».
Retrouvez Eric Darsan sur son blog

Tes Yeux bleus occupent mon esprit - Djilali Bencheikh - Editions Elyzad 2010 -

Vu par Cave

Il y a des livres qu'on a du mal à quitter : Tes yeux bleus occupent mon esprit en fait partie. Une couverture psychédélique et géniale, un titre magnifique et intriguant, une histoire aussi émouvante qu'instructive.
Salim Benouali, brillant élève algérien, raconte les sept ans et demi de conflit entre la France et sa patrie, l’Algérie, avec ses mots d'enfant, d'adolescent puis de jeune adulte, emplis de naïveté, d'idéalisme et de candeur. Il relate une période continuellement entrecoupée de temps scolaires (où lui et son frère-ennemi Elgoum se positionnent dans l'excellence, reconnus et estimés par leurs différents maîtres français) et de vacances au douar, synonymes de retrouvailles familiales et parfois de « stages coraniques ». Sept ans et demi où Salim s'émancipe affectivement, s'éveille au désir, à la lutte et à la pensée politiques, survit à des décès familiaux et amicaux douloureux et édifiants. À travers ses mots, on vit cette guerre sans nom, appelée jusqu'à tard, les « événements algériens » par les dignitaires français, trop soucieux de contenir la révolte locale et d'éviter la propagation aux états voisins. Véritable tranche de vie d'une génération dépassée par un conflit violent dont elle analyse difficilement les tenants et aboutissants (l'OAS, le FLN, les fellagas ou les Moudjahidines selon le clan où on se situe, les harkis, les militaires de tous bords), Tes yeux bleus occupent mon esprit nous présente des personnages généreux et sincères (en particulier le couple Vermeille, le maire Siegwald …), des ordures humaines (Madame Cavalier, Si Djelloul …), des anecdotes savoureuses liées à une sortie de conflit mal préparée (exemple : le changement de nom de la place Anatole France) loin de tout manichéisme. À l'instar du magnifique Des hommes de Laurent Mauvignier, Djilali Bencheikh amorce un début d'explication sur le traumatisme algérien à jamais inoubliable et toujours transmis, à travers les derniers mots magnifiques d'Elgoum (page 321) : « Nous pensions récolter la fierté et la liberté. Jamais l'honneur des Algériens n'aura été autant souillé que lors de cet été fratricide livré à la voracité de nos chefs. Sous la colonisation nous avons été martyrisés, torturés, insultés mais notre orgueil n'en a jamais pâti. Il n'a jamais été pris en défaut. Notre sacrifice individuel ou collectif construisait notre dignité. La honte que nous infligent nos faux frères sous les yeux du monde restera elle, indélébile ».

Retrouvez Cave sur son blog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener