Au quotidien...

Nous parlons bien trop peu de pratiques, ici, le rédac'chef va, avec raison, nous crier dessus.

J'essaierai, aujourd'hui, d'être à la fois "pratique" et "théorisateur de pratiques". Je parle de la vie de chaque jour.

Je vais chercher mon pain et mon journal. Si je ne pense pas à en faire un moment d'éducation pour moi (et éventuellement, pour ceux que je rencontrerai), j'ai mal joué le coup...

Il me faut regarder et écouter. Il me faut tenir la porte de la boulangerie, laisser passer celui qui est très chargé, ou celle qui est pressée (en retard?) et regarde sa montre, alors qu'elle était la troisième à servir. Il me faut échanger deux mots avec le boulanger, qui m'a surpris avant-hier, en me faisant signe "bonjours!" du bras, de l'autre côté du canal. Lui dire que je suis content d'avoir un ami de plus. Il me faut , au tabac-journauux, en attendant mon tour (y a toujours plein de monde ,à cette heure matinale), dire à mon voisin, en passant, que la seule gagnante à coup sûr et sans exception des grattages et tirages dont il a la main emplie, c'est la Française des jeux. Il me faut placer mes journaux de manière que le code-barre soit facile à pointer pour la patronne, qui l'a remarqué, et me remercie. "Bien normal! Bonne journée", et on s'en va.Pas faire perdre de temps à ceux qui attendent. Sur le retour, qu'est-ce que ça coûte de caresser la tête du toutou en laisse de la voisine du bout de la rue, à qui je n'ai jamais eu l'occasion de parler, mais qui, du coup, me demande si j'ai un chien..

Il faut que ça devienne une habitude, et en même temps une réflexion , partout, au marché (plus facilement qu'au super), à la mairie où l'on va faire une démarche, au commissariat (j'ai été cambriolé). Et , curieusement, les gens à qui l'on fait attention ont tendance à vous montrer leur meilleur profil...

Pour moi, c'est de l'éducation en pratiques. Je me sens responsable de tous, comme de moi-même. Là, je raconte un bon jour...il y en a de moches. Et il faut y réfléchir après...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.