Billet de blog 11 mars 2013

Idée didactique

Gilbert2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rappel: la didactique est l'art de transformer un savoir-faire, un savoir, un savoir-être en "objets d'enseignement". J'ai déjà évoqué la transgression des règles d'une activité, pour en rendre l'accès plus facile ; ou pour mettre en évidence des aspects négligés par la pratique "sur le tas".. Aujourd'hui,  : imaginer des situations de désadaptation modérée pour faciliter l'initiation, ou franchir un obstacle affectif..

1/la fille préado d'une amie, à la piscine, nage sur le dos, en partant toujours de l'échelle. "Josée, tu ne nages pas sur le ventre?" "Non, Gilbert, je ne peux pas. :je suis très cambrée, j'ai un creux dans les reins, et si je me mets sur le ventre, il se remplit et me fait couler." Remarquable "rationalisation" de la crainte de plonger le visage...

Je lui propose d'aller jouer avec elle dans le petit bassin, pour s'amuser un peu.Là, elle s'aperçout qu'elle peut "faire des bulles" en comptant lentement jusqu'à 30, accroupie dans l'eau (appuis solides, visage immergé verticalement). Et puis, voir si on peut  prendre toutes sortes d'attitudes, et se relever "en mettant les pieds au fond en dernier". Dans le grand bassin, descndre l'échelle au plus profond et essayer de toucher le fond avec le pied, une main accrochée au dernier échelon ;puis, poser la main. Dans le petit bassin "puisqu'on sait se relever" et que je suis là, essayer de se mettre au fond sur le ventre :impossible...Moins d'une heure aptès, elle effectuait une "coulée" avec appui des pieds au mur, et "battait son record de distance" ...sur le ventre.

2/ activité "combat" proposée à un geroupe mixte de 12-13 ans (des filles déjà pubères, ou pré).Equipés d'un judogi ("kimono"), jeu : l'un des deux s'allonge sur le dos ; l'autre le saisit comme il veut, à condition de ne tenir que le vêtement. Si celui "en dessous" arrive à se mettre sur le ventre , ou dépasser une "frontière" tracée sur le tapis, en moins de 30sec, il (ou elle) a gagné. On commence garçons entre eux, filles entre elles. Puis onsonstitue des paires mixtes. Une seule fille  a,visiblerment ,été perturbée par le fait d'être coincée sur le dos par un garçon. Puis, ensuiote,  a pris part au jeu sans retenue.(j'avais choisi ses partenaires, et lui avais donné d'abord le rôle de "tenir l'autre")

3/Ski. Jeu en gymnase. On sait qu'on va partir le mois prochain à la montagne. Personne n'a jamais fait de ski., mais on a déjà essayé ses chaiussures, et matché un peu avec, sur des tapis brosses de gym  On montre comment  accrocher les chauissures aux skis.  On a installé , au milieu de la largeur de la salle, un "chemin "de tapis-brosses("tapis de chute "de gym). Les paires de skis sont dressées le long du mur d'en face(les réglages des fixations ont été faits hors temps, sans les gamins).les chaussures sont sur le chemin, chacun face à sa paire.mais une main au mur. Course :au signal, chacun doit se débrouiller pour parvenir à être debout, skis aux pieds, bras en l'air, sur les tapis. Ensuite, on va se pensher en avant de plus en plus :on ne tombe pas!.Puis, on s'accroupit et on s'asseoit à côté de ses skis. Premier debout!.

A la neige, première séance  : sur le plat damé, équipes de trois. "Course", jusqu'à la ligne d'arrivée (corde noire à 20m de la ligne de départ.. On a le droit de soutenir, rattraper, aider à se relever un équipier, mais l'équipe entière doit passer la ligne d'arrivée. On n'a démontré aucun geste, demandé aucune attitude. Après quatre courses, on va , seul, aller jusqu'à un fanion, tourner autour, et revenir au départ.

Je laisse au lecteur le soin de juger quels obstacles corporels ou psychologiques ces activités visent à franchir. Mais on peut noter qu'il n'y a pas été question de "technique" :il y a transgression, non pas des règles, mais des modes de pratique les plus courants. "Le geste du champion" est inaccessible au débutant :ce n'est pas en forgeant qu'on devient forgeron...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis