Billet de blog 18 févr. 2013

les pratiques, c'est quoi?

Gilbert2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je voudrais ici proposer d'autres "points de vue" sur l'immense domaine éducatif que ceux qui figurent dans l'article de Marc Tertre et son riche "fil". Chaque point à partir duquel l''on regarde donne une "vue" différente, mais liée aux autres, parce que'explorant le même paysage. malheureusement, on considère trop souvent les points de vue comme opposés, exclusifs les uns des autres.

Très brièvement (chaqsue point mériterait toute une bibliothèque...)

1/pour moi, le processus "éducatif" est arbitrairement restreint à l'action d'adultes sur des enfants, ou adolescents j pense que chacun s'éduque, et contribue à éduquer' autrui, tpout au long de sa vie. Ceci, qu'on se le propose ou non. Des gens qui ne le savaient( pas m'ont beaucoup"éduqué". Par ezxemple, ce sont mon grand-père et l'un de mes instituteurs qui m'ont apptis ce qu'est la bonté. Ils ne m'en ont jamais parlé...Mais leurs manières d'agir étaient comme un drapeau claquant au vent...si différentes de celes d'autres personnes, ausi proches, comme ma grand'mère "possessive". Et ces deeux hommes étaient, à mes yeux, incarnetions de l'autorité. Je savis pouvoir faire confiance à leur intérêt pour moi. Ni l'un ni l'autre ne m'ont jamais puni...Ils m'ont aidé à comprendre, plus tard, que nous sommes responsables, et de nous-même, et d'autrui ;élèves, et ma^tres, les uns des autres, de la naissance à la mort...Tous deux d'une autorité qui ne devait rien à la contrainte. J'ai compris, grâce à eux, que l'autorité n'est pas seulement le pouvoir, ey peut même être son contraire. Qu'elle est un résultat, et ni un but, ni un moyen.

2/pédagogies et didactiques on a coutume de mêler quelque peu les unes et les autres. Les spécialistes parlent de "pédagogie" lorsqu'ils s'intéressent aux interrelations et i,teractions au sein d'un groupe éducatif. Et de "didactique, quend ils se préoccupent de la transformation d'une pratique humaine en objet d'enseignement.

J'ai employé le pluriel, parce qu'il existe des pédagogies et des didactique très diverses. Ces deux aspects sont présents chaque fois qu'un humain "apprend" suoi que ce soit. Voici, par exemple, les "modes d'action pédagogiques", tels que vus par R.Lesné :L'élève est vu, on se conduiot à son égard comme s'il était :

obgjet de son éducation. Exemple : la "machine à apprendre à nager" (fin XIXè siècle. L'éléve, à plat ventre sur une tableséquipée, est attaché par les poignets et les chevilles à des leviers, que le moniteur met en mouvement au moyen d'une manivelle. Il exécute ainsi, passivement, les mouvemants de la brasse. Après un nombre conséquent de toursde manivelle, il ne reste qu'à le mettre à l'eau : il"sait nager". Mécanisme simpliste, s'écriera-t-on  aujourd'hui. Mias on est sur la même voie lorsqu'on dmande de "répéter" à voix haute" une table de multiplication. La "réduction d'écart au modèle" a encore de beaux jours devant elle...

sujet à éduquer l'élève "ne sait pas", ne se conduit pas comme il faut", et on ve le conditionner , un peu comme on dresse un animal. On n'est pas loin de l"objet"...mais on reconnaît le sujet comme ono passif. Et on ve le réciompenser ou le punir, selon qu'il fait ou non ce qu'on attend de lui. Est-il nécessaire de donner une illustration concrète?

acteur d son éducation : donc rsponsable. les "méthodes actives", la "pédagogie institutionnelle", les classes "Freinet" se situent dans cette direction, avec chacune son originalité (et ses préoccupâtions didactiques, comme nous le verrons plus tard). Thélème et les "libres enfants de Summerhill relèvent aussi de cette orientation pédagogique.

auteur de son éducation (le changement de caractère signale que de "mode d'actiobn" n'est pas évoqué par R.Lesné, mais par moi. L'auto et la co-éducation, l'élaboration et la mise en oeuvre de projets individuels et/ou collectifs se trouveront dans cette catégorie. On est très près apparemment, et fort loin en réalité, de la catégorie précédente.

Les modes d'action pédagogiques ne se présentent jamais à l'état pur.C'est,  toujpurs, un mixte original, que les catégories de Lesné aident à "mettre en ordre" dans sa tête. Je parlerai des didactiques, et de leurs liens avec les pédagogies, dans un article prochain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous