Billet de blog 19 mai 2021

Lettre à Jean-Luc, Fabien, Nathalie et les autres

Vous avez officiellement déclaré votre candidature pour l'élection piège de mai prochain, vous n'avez aucune chance de parvenir au 2eme tour.

Rabourgris
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers camarades

Vous avez officiellement déclaré votre candidature pour l'élection piège de mai prochain, vous n'avez aucune chance de parvenir au 2eme tour, vous laissez l'électeur choisir entre la peste et le choléra. D'autres camarades de gauche, Anne, Sandrine, Eric, Yannick entre autres s'apprêtent à suivre votre funeste chemin.

Je voudrais humblement vous dire mon désarroi. Tous vous ne vous privez pas de critiquer les institutions de la 5eme République et vous vous engouffrez dans le 1er piège de cette antique machine, version 1962, qui ne laisse le choix au second tour qu'entre les deux candidat-e-s arrivé-e-s en tête au premier tour. Il n'est pas besoin d'être fin politologue pour constater que cette condition sine qua non influence le citoyen qui, naturellement, va voter utile dès le 1er tour. Il ne va pas voter pour mais il va faire barrage. Belle perspective ! Comme c'est positif ! A moins que cela ne lui coupe l'envie de voter.

Je n'ai jamais été comme vous un militant constant, persévérant et totalement engagé. Je suis simplement du peuple de gauche, un septuagénaire dont la famille regardait, déjà avec anxiété la guerre d'Algérie et les événements de 1958, de 1961. Mon père triomphait quand Laïka fut mise sur orbite, ma mère ne savait qui elle préférait, Mendès ou Mitterrand. J'ai été dans les amphis de 68, j'ai collé pour le PS, milité à la CGT et Solidaires. Banalement de gauche et me reprochant de ne pas avoir assez pris au sérieux les avertissement de René Dumond. Je ne suis pas un expert mais je fais un rêve.

Pour contourner le piège de l'élection présidentielle je suggère, s'il est encore temps, que vous copiez pour une fois Macron et que vous appeliez tous à une vraie convention citoyenne cet été, cela vous permettrait de connaître les aspirations du Peuple après l'avoir fait débattre non seulement avec vous, mais avec les scientifiques, avec les syndicats, les mouvements citoyens. Invitez Le à ce devoir de vacances! Faites lui bâtir un programme !

J'ose espérer que cela soit possible avant la date de dépôt officiel des candidatures. Une fois les orientations données par la convention il faudrait rapidement organiser une primaire pour désigner le ou la candidate unique qui puisse gouverner pour et par le Peuple et pas pour satisfaire son égoïste désir de pouvoir.

C'est là mon rêve bien étrange, un chant désespéré avant les nuits de Mai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès