Le défi cycliste Parkinson de Marcel Pouyllau

Une randonnée de plusieurs centaines de kilomètres entre Tarbes et Mont-de-Marsan, puis vers la Gironde et les Charentes : c’est le défi lancé lundi 14 juin par Marcel Pouyllau. Un passionné de vélo qui lutte depuis des années contre la maladie de Parkinson.

Marcel Pouyllau avant son départ place de Verdun à Tarbes © Jean-François Courtille Marcel Pouyllau avant son départ place de Verdun à Tarbes © Jean-François Courtille

Quel trajet avez-vous défini pour ce nouveau défi Parkinson ?

C’est la dixième année que je lance un défi à la maladie de Parkinson pour la repousser le plus possible dans ses retranchements. Cette année, je pars tout seul, c’est inédit et je vais sillonner les routes du Sud-Ouest, dans un esprit de vagabondage.

Vous allez rouler en direction de la Gironde ?

Je vais essayer de passer Bordeaux et d’aller peut-être plus loin, vers le Médoc, la pointe de Graves, et même jusqu’à Royan.

Le Tour de France va bientôt s’élancer, il passera d’ailleurs le 15 juillet à Luz-Ardiden, dans les Hautes-Pyrénées. Etes-vous toujours aussi passionné de cyclisme ?

Oui, le cyclisme simple. Si j’étais organisateur du Tour, je proposerai un tour sans assistance. C’est de cette manière que je vis cette randonnée cycliste à travers le Sud-Ouest, sans assistance. J’ai tout le nécessaire dans mon sac, de quoi réparer, la nourriture, la boisson.

Etes-vous toujours en lien avec l’association France Parkinson pour ce défi sportif ?

Oui, je suis un peu le messager de France Parkinson pour ce qui concerne les défis sportifs.

Faites-vous du vélo tous les jours ?

Oui, pratiquement tous les jours. J’effectue entre 50 et 60 km par jour. Aujourd’hui, je vais essayer d’arriver jusqu’à Mont-de-Marsan. Depuis Tarbes, cela fait 130 km.

C'est parti pour une randonnée de plusieurs centaines de kilomètres © Jean-François Courtille C'est parti pour une randonnée de plusieurs centaines de kilomètres © Jean-François Courtille

Quand vous êtes sur un vélo, Marcel, avez-vous des sensations différentes de celles que vous avez en marchant dans la rue ?

Je suis en difficulté, bien souvent, pour marcher, tout simplement, sur le plancher des vaches, mais quand je suis à vélo, je me sens pousser des ailes, comme Charly Gaul ou Federico Bahamontès !

Deux grimpeurs de légende, « l’ange qui aimait la pluie » et « l’aigle de Tolède », de belles références. Comptez-vous relever un autre défi l’année prochaine ?

J’essaie d’être inventif et de renouveler chaque année le style de défi que je lance à la maladie de Parkinson. Cette maladie fait beaucoup de dégâts. Relever ce défi est une manière d’encourager toutes les personnes qui souffrent dans leur coin.

Propos recueillis par Jean-François Courtille

Liens :

Association France Parkinson

https://www.franceparkinson.fr/association/presentation-association-france-parkinson/?gclid=EAIaIQobChMIkJGDzpea8QIV_QIGAB3FhAGGEAAYASAAEgI7n_D_BwE

Le record de l'heure de Marcel Pouyllau en 2017

https://www.youtube.com/watch?v=DBPHN8kl2Fg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.