Jeff65
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

En Bigorre

Suivi par 83 abonnés

Billet de blog 20 juin 2022

Le grand retour du parlementarisme

Les élections législatives ont apporté leur lot de surprises : absence de majorité pour le gouvernement, victoire de candidats NUPES face à des figures emblématiques de la Macronie et progression spectaculaire de l’extrême-droite. Mais la grande leçon de ce scrutin est le retour du parlementarisme.

Jeff65
Journaliste. Secrétaire national de l'ACO.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Hautes-Pyrénées ont élu une députée NUPES face à un proche de Macron © Jean-François Courtille

Le peuple français reste profondément politique. Le pays de la Révolution a renversé la table et composé une assemblée nationale sans majorité, au grand dam du président Macron. Toutes les prévisions ont une fois de plus été bousculées par la réalité : celle d’un pays profondément fracturé socialement et politiquement. Pour avoir négligé de faire campagne, Emmanuel Macron est désormais contraint de rechercher des compromis avec ses différentes oppositions. C’est le retour inattendu d’un parlementarisme à la Française.

Le crépuscule de la Macronie

Même si la République en Marche reste le premier parti de France en nombre de députés, elle en perd presque la moitié par rapport à 2017. De nombreuses figures historiques de la Macronie ont été battues, la plupart du temps face à des candidats NUPES. C’est le cas de Richard Ferrand en Bretagne, de Christophe Castaner dans les Alpes de Haute Provence, d’Amélie de Montchalin en Essonne ou encore de Roxana Maracineanu dans le Val-de-Marne. Trois ministres sont battues et tenues de démissionner de leur poste. Dans les Hautes-Pyrénées, un proche d’Emmanuel Macron, Jean-Bernard Sempastous, perd son duel contre une candidate de la NUPES, Sylvie Ferrer, pourtant fragilisée au premier tour par une candidature dissidente de gauche. Et en Midi-Pyrénées, la ville rose, Toulouse, est reprise par la gauche après plusieurs années de domination politique des Macroniens. Ce crépuscule du courant politique qui a soutenu la prise de pouvoir du président de la République ouvre une période d’incertitude pour le quinquennat à venir.

Progression spectaculaire de l’extrême droite

Le grand gagnant de ce scrutin est le Rassemblement national qui obtient près de 90 députés. Même Jean-Marie Le Pen, en 1986, dans un scrutin proportionnel, n’avait pu dépasser la barre des 35 élus. Cette progression de l’extrême-droite est d’autant plus inquiétante qu’elle s’accompagne d’un élargissement de son implantation territoriale. Ainsi, dans le Sud-Ouest, des députés RN ont été élus pour la première fois en Dordogne, en Gironde, dans le Lot-et-Garonne, dans le Tarn et dans le Tarn-et-Garonne. L’extrême-droite a sans doute bénéficié de la diabolisation de la NUPES par le gouvernement qui, ce faisant, a fracturé le fameux front républicain. Ce pari cynique de la Macronie a été en partie réussi : la coalition des forces de gauche a progressé nettement mais elle est restée en dessous de la barre des 140 députés. A Marmande, le maintien d’un candidat LAREM dans une triangulaire a même permis l’élection d’une députée RN alors que la NUPES était bien placée pour l’emporter.

Un espoir pour la gauche

Malgré tout, les principales forces de gauche ont sauvé les meubles, et même réalisé une belle percée lors de ces législatives. La France insoumise tire son épingle du jeu, au coude à coude avec le RN pour revendiquer le titre de premier parti d’opposition. Les socialistes, les écologistes et les communistes auront tous un groupe parlementaire. Ces succès vont contribuer à rajeunir, féminiser et diversifier la représentation parlementaire. Ils constituent un socle sur lequel construire une alternative politique pour 2027 et aussi un réel espace de formation des futurs cadres politiques. Seule zone d’ombre : la division entre les composantes de la NUPES et les candidatures dissidentes de gauche. Elle a été nettement visible en Midi-Pyrénées, 4 candidats dissidents ayant été élus avec le soutien de la Présidente d’Occitanie Carole Delga. Cette division a sans doute contribué à la défaite des candidats de la NUPES dans le Tarn, face à un candidat RN et dans les Hautes-Pyrénées, face à un candidat de LAREM. Elle entraînera à coup sûr des débats de clarification au fil des prochains mois.

Une chambre introuvable mais dynamique

L’assemblée nationale va donc retrouver pleinement son rôle politique, le gouvernement étant condamné à composer avec des députés peu soucieux de le suivre sans discernement. Ce grand retour du parlementarisme est sans doute une chance pour la démocratie, quelque peu malmenée au cours du précédent quinquennat. Il ne garantit malheureusement pas une politique au service des plus petits de notre société et au service de l’immense défi climatique. Les citoyennes et citoyens français devront rester vigilants au cours des prochains mois. Certains combats pour la justice sociale et l’écologie se gagneront dans l’Hémicycle. Les autres devront peut-être se jouer dans la rue.

Jean-François Courtille

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP