Billet de blog 18 oct. 2010

Controverses et critiques à propos de la statistique publique

Par Alain Desrosières, spécialiste français de l'histoire des statistiques

cdsp
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Alain Desrosières, spécialiste français de l'histoire des statistiques

Une bonne statistique publique est indispensable au bon fonctionnement de la démocratie : cela semble évident. Pourtant, depuis quelques années, la statistique française est menacée et critiquée de diverses façons qui peuvent sembler contradictoires. Par exemple, des difficultés, liées au mode de gestion de Pôle Emploi, surgissent pour assurer le suivi de la quantification de variables aussi essentielles que le taux de chômage. Des restrictions de crédits drastiques et des menaces de déménagement frappent les services publics de la statistique. Mais aussi, des critiques et des craintes sont formulées, provenant de toutes autres origines, affectent la confiance que le public doit pouvoir accorder aux statistiques. Le "New Public Management" (NPM), un mode de gestion des services publics importé du secteur marchand, se traduit notamment par une prolifération d' "indicateurs de performances", de palmarès et autres benchmarking. La "Loi organique sur les lois de finances" (LOLF) a été à l'origine de plus de 1 300 indicateurs, produits de façon hétéroclite, et selon des méthodes dans lesquelles les statisticiens professionnels ne se reconnaissent pas. Par ailleurs, des procédures de fichage des individus se sont aussi multipliées, sous des prétextes de sécurité, de suivi administratif ou de prévention. Un des plus connus est "Base élèves" géré par le ministère de l'éducation. Les personnes se sentent ainsi de plus en plus enserrées dans un réseau d'évaluations quantitatives, de fichages policiers et commerciaux. Il en résulte souvent une sorte de méfiance globale vis-à-vis des enquêtes et de la statistique en général.

Il se trouve que les personnes qui défendent le maintien d'une statistique publique de qualité, et celles qui militent à juste titre contre les ravages du NPM et du fichage sont souvent différentes et s'expriment dans des circonstances, des moments et des lieux différents. Or il y aurait tout intérêt à rapprocher ces deux types de débats. Un seul exemple : de longue date, des voix se sont élevées pour critiquer les informations sur les professions des parents des élèves des écoles, qu'elles soient publiques ou privées, au nom d'une crainte d'un éventuel étiquetage, même involontaire, de ces enfants. Or, sans ces informations, toute la sociologie des inégalités sociales devant l'école aurait été impossible. Des débats analogues se multiplient à propos de la prolifération des fichiers informatisés. Ceci ne signifie pas que ces critiques doivent être ignorées.

Mais elles doivent pouvoir être exprimées dans des lieux où les divers besoins et ces divers dangers seraient confrontés ouvertement. Ceci peut se faire dans le cadre du Conseil national de l'information statistique (Cnis), qui réunit les services statistiques publics et les "partenaires sociaux", syndicaux et associatifs. Dans les années récentes, le Cnis a été le théâtre de vifs débats sur la mesure du chômage ou sur d'éventuelles catégorisations ethniques. L'association "Pénombres", qui se donne pour but de débattre des "usages sociaux des nombres", organise de son côté des réunions à la fois sérieuses et drôles sur des sujets brûlants. De même la Société française de statistique (SFDS) organise aussi des "cafés de la statistique" sur de tels sujets. Les questions statistiques apparaissent souvent austères et techniques, appropriées par des "experts" au langage ésotérique. La confiance dans les experts est toujours dangereuse. La journée mondiale de la statistique du 20 octobre pourrait être une occasion pour que la statistique sorte des petits cercles où elle est en général discutée. Ainsi, les critiques et les craintes des dangers réels de la quantification souvent absurde qui résultent de la soi-disant "culture de l'évaluation", et de fichages injustifiables, seraient largement débattues.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade