Billet de blog 20 oct. 2010

cdsp
Abonné·e de Mediapart

Quelques éléments sur la mesure des disparités par origine nationale

Par des agents de la statistique publique

cdsp
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par des agents de la statistique publique

L'étude des discriminations à l'encontre des immigrés ou de leurs descendants n'a jamais été aussi importante, qu'il s'agisse du marché du travail, du logement ou d'autres aspects de la vie sociale et économiques. Ces discriminations, si elles ne representent qu'une partie circonscrite des inégalités sociales, nourrissent néanmoins un sentiment d'injustice et sont à la source de dysfonctionnements sociaux préoccupants, concernant l'intégration ou l'insertion des jeunes, par exemple.

Étudier les discriminations nécessite de disposer de données dans lesquelles on puisse à la fois identifier les personnes potentiellement discriminées, mais aussi connaître leurs caractéristiques (situation familiale, parcours éducatif, ...) et observer ce qui fait potentiellement l'objet d'une discrimination (situation sur le marché de l'emploi, du logement, ...).

Aujourd'hui, trois enquêtes majeures de la statistique publique existent pour s'intéresser à ces questions. L'enquête Emploi et l'enquête Logement, toutes deux menées par l'Insee, permettent de mesurer les disparités sur le marché du travail et sur le marché du logement, respectivement. L'enquête Génération, produite par le Cereq, se focalise sur les premières années de carrière, à la sortie du système éducatif: c'est une source inestimable pour comprendre l'insertion des jeunes dans l'emploi. D'autres enquêtes, d'ampleur moindre, en sont un complément précieux.

Dans ces enquêtes, on peut repérer les immigrés et leurs descendants grâce au lieu et à la nationalité de naissance des parents de la personne interrogée. Cette approche, pour indirecte qu'elle soit, s'abstrait de considérations de couleur de peau ou de religion. Objective, elle permet une symétrie dans l'appréhension des différentes nationalités des immigrés de France.

Cette variable est cependant encore rare dans la statistique publique. L'étendre davantage permettrait de couvrir d'autres thèmes. Par ailleurs, il convient de s'interroger sur le futur : l'approche consistant à repérer la nationalités des parents ne permettra d'étudier une éventuelle discrimination sur les petits-enfants des immigrés. Comment aller plus loin ? Un débat devra avoir lieu pour savoir quelle question il est légitime et souhaitable de poser et dans quel cadre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte