L’éclatement des directions régionales de la Santé au détriment de la statistique locale

Par des agents du service statistique public
Par des agents du service statistique public

Aux côtés de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), service statistique des ministères de la Santé et du Travail, les directions régionales des affaires sanitaires et sociales (Drass) jouaient un grand rôle dans le bon déroulement des enquêtes de la Drees et dans l'exploitation régionale des données collectées.

 

Depuis début 2010, les Drass ont éclaté entre les Agences régionales de santé (ARS), qui s'occupent du volet Santé, et les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), qui traitent le volet Social.

 

Pour les équipes statistiques, cela pose de multiples difficultés. Tout d'abord, elles étaient souvent composées d'un seul statisticien, entouré de gestionnaires d'enquête, ou deux pour les régions les plus grandes. Avec la séparation, la priorité a été mise sur les Ars, si bien que nombre de Drjscs ne comptent aucun statisticien. L'exploitation locale des données sociales est devenue impossible... à moins d'externaliser. Ainsi, dans plusieurs régions, l'exploitation régionale de l'enquête ES 2008 auprès des établissements d'accueil pour personnes en difficulté sociale est sous-traitée, soit au Centre régional pour l'enfance et l'adolescence inadaptées (CREAI), qui réalise des études au-delà du champ de l'enfance), soit à un prestataire choisi par appel d'offres. La statistique publique perd ainsi la main sur l'éclairage public local.

 

Côté ARS, le problème vient de la taille des équipes. Avant la scission, il était possible de réaliser l'ensemble des opérations pilotées par la Drees, car certaines enquêtes n'ont pas lieu tous les ans et les gestionnaires d'enquête pouvaient travailler une année sur une enquête concernant la santé et l'année suivante sur le social. Avec des équipes éclatées, les ARS ne peuvent plus mener de front plusieurs enquêtes. Ainsi, en 2011, deux enquêtes lourdes arrivent sur le terrain en même temps côté santé : l'enquête SAE (Statistiques annuelles des établissements), menée chaque année auprès des établissements de santé privés et publics, et l'enquête quadriennale ES 2010 auprès des établissements d'accueil pour personnes handicapées. Les ARS ont alerté la Drees pour signaler qu'elles ne pourraient assurer ES 2010. Il ne reste alors plus que deux solutions : surcharger les agents de travail ou externaliser les relances et le conseil aux établissements qui ont des difficultés pour répondre. Dans les deux cas, c'est au détriment de la qualité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.