La nature est un bien commun

Du 20 au 22 juin se tiendra à Rio de Janeiro une nouvelle Conférence des Nations unies sur le développement durable. Loin de tirer le bilan de deux décennies de dégradation écologique et sociale, cette Conférence dite « Rio+20  propose de transformer, au risque de l'accentuer, la crise écologique en opportunité de croissance - « verte » - pour les entreprises.

Du 20 au 22 juin se tiendra à Rio de Janeiro une nouvelle Conférence des Nations unies sur le développement durable. Loin de tirer le bilan de deux décennies de dégradation écologique et sociale, cette Conférence dite « Rio+20  propose de transformer, au risque de l'accentuer, la crise écologique en opportunité de croissance - « verte » - pour les entreprises. Leur « économie verte » est une nouvelle étape dans la marchandisation et la financiarisation de la nature et du vivant.

Loin de résoudre les multiples crises du monde actuel, elle ne répondra pas aux causes structurelles des inégalités et de la pauvreté, du changement climatique, de la destruction de la biodiversité, de la crise de l'eau, des conséquences sur la santé de la dégradation del'environnement, etc. Au contraire, elle les aggravera.

A quelques jours de l’ouverture de la conférence officielle, les organisations françaises impliquées dans la préparation du Sommet alternatif des peuples de Rio organisent un après-midi débat à Paris pour décrypter les méprises de cette « économie verte ». Lors de cette après-midi seront présentées les propositions alternatives pour des sociétés assurant une justice sociale et écologique basée sur la réappropriation du pouvoir par les citoyens, la protection des biens communs, la création d'emplois décents, la promotion d'une agriculture paysanne et de la souveraineté alimentaire, le bien vivre et la sobriété à la place de la course effrénée à la croissance.

Tables d'information à partir de 13h30.

13h30 table ronde "Décryptage des enjeux de Rio+20 et de l'économie verte"
avec Geneviève Azam (Attac), Sylvain Angerand (Amis de la Terre), Patrice Perret (Solidaires), Anabella Rosemberg (CSI), Jean-Pierre Berland (ancien directeur de recherches à l'INRA)

16h00 ateliers thématiques :
- Financiarisation des biens communs, la planète est-elle à vendre ?
- Réappropriation du pouvoir par les citoyens
- Réinterroger la croissance et le progrès technique face à la crise

17h45 table-ronde "Vers le sommet des peuples pour la justice sociale et écologique"

Espace de conférence des Diaconnesses, 18 rue du Sergent Bauchat, Paris 12ème.

A l'initiative de : Adéquations / Agir pour l'environnement / Aitec-Ipam / Artisans du Monde /Attac-France / Bizi! / Confédération paysanne / CRID / Developpement Local et Synergies / Emmaüs International / FAIR (Forum pour d'autres indicateurs de richesse) / Fondation Copernic / Fondation Femmes Africaines / Fondation Sciences Citoyennes /France Libertés / Fédération Syndicale Unitaire / Les Amis de la Terre / Mémoire des luttes / Réseau Féministe « Ruptures » / Réseau "Sortir du nucléaire" / Ritimo / Union syndicale solidaires / Université Nomade / Vecam.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.