La main verte

Tout a été dit sur la main de Thierry Henry, en octobre 2009, qui a permis la qualification de la France pour la coupe du monde en Afrique du Sud, en 2010, mais en revanche rien sur celle de Cox qui, en 2012, a envoyé la même Irlande en phase finale de l'Euro 2012...

L’équipe de France de football s’étant, laborieusement d’abord puis brillamment ensuite, débarrassée du rugueux groupe de la République d’Irlande dimanche dernier, l’un des points positifs de cette victoire à l’arraché est que nous n’entendrons plus parler de la main de Thierry Henry, dont les media ont usé et abusé jusqu’au malaise. Certes, en octobre 2009, à la suite d’une main très certainement volontaire de Thierry Henry, la France obtînt très indûment sa qualification pour la coupe du monde de football de 2010 en Afrique du Sud. Que n’a-t-on dit sur cette main, qualifiée par The Sun de hand of  frog, jeu de mots qui faisait référence à la fois au surnom donné aux français, frogs, et au but marqué de la main par Maradona, lors du mondial de 1986, pour éliminer l’Angleterre, qu’il eût l’extrême audace de nommer la main de dieu, the hand of God

Il eût été plus normal et plus moral que l’Irlande fût qualifiée, en 2010, à la place des Bleus, ce qui aurait évité le pénible et regrettable épisode du bus de Knysna, encore dans toutes les mémoires, hélas ! Lors de l’enquête sur les agissements de Sepp Blatter à la tête de la FIFA, on a appris que ce dernier avait octroyé (mandaté par qui ? au nom de quelle logique ?) une somme rondelette à la fédération irlandaise, vraisemblablement pour en amadouer les responsables en vue d’autres décisions. 

Ce que l’on sait moins, puisqu’à l’exception de So Foot et de l’Équipe, aucun médium si prompt à pratiquer l’autoflagellation sur la main d’Henry n’a relayé cette information, c’est que la République d’Irlande, lors des éliminatoires pour l’Euro 2012 en Pologne et Ukraine, s’est qualifiée exactement de la même manière. C’est-à-dire par le biais d’une main. Le 12 octobre 2012, à Dublin, lors du match retour de poule contre l’Arménie, les footballeurs irlandais, entrainés à l’époque par Trapattoni, étaient en grand danger pour se qualifier pour l’Euro. A la 26ème minute Cox contrôla le ballon de la main, ce qui déstabilisa le gardien arménien Berezovsky, qui sortit de la surface de réparation et fut expulsé pour avoir contrôlé le ballon de la main. Aucune sanction pour Cox en revanche et  l’Irlande fut qualifiée. On n’a pas le souvenir que cet épisode peu glorieux ait été évoqué récemment et on n’a pas non plus le souvenir que le sinistre Blatter ait donné un seul centime d’euro à la fédération arménienne.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.