Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 6 oct. 2013

Angela Merkel roule des mécaniques

Depuis les élections législatives en Allemagne le 22 septembre dernier, on n'avait pas beaucoup entendu la chancelière Angela Merkel. A vrai dire, on ne l’a pas entendu du tout.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis les élections législatives en Allemagne le 22 septembre dernier, on n'avait pas beaucoup entendu la chancelière Angela Merkel. A vrai dire, on ne l’a pas entendu du tout.

Sigmar Gabriel joue gros sur ce coup. © euroJournal / KL

Par contre, on a beaucoup entendu les perdants de ces élections, en première ligne le SPD et les Verts qui n'ont cessé de déclarer à quel point la chancelière serait sous pression et qu'elle devrait payer le prix fort pour négocier une nouvelle coalition gouvernementale. SPD et Verts étaient d'ailleurs d'avis que la chancelière ne devrait pas mener des négociations avec les deux partenaires potentiels en parallèle, mais qu’il convenait de sélectionner un partenaire potentiel pour ensuite négocier exclusivement avec lui. Maintenant, on entend Angela Merkel à nouveau. Elle a annoncé des négociations parallèles avec le SPD et les Verts et elle montre ainsi qu’elle n’entend pas du tout se laisser dicter sa façon de procéder par les perdants de ces élections.
Au niveau du SPD, le chef du parti Sigmar Gabriel a opté pour une option dangereuse en ce qui concerne sa carrière politique personnelle. Avec le bureau du parti, il a décidé de soumettre les résultats des négociations avec la CDU/CSU à un vote des adhérents, liant ainsi son destin politique à une sorte de «référendum SPD» - si jamais les adhérents refusent la coalition avec les conservateurs, l’époque des Gabriel, Steinmeier et Steinbrück touchera à sa fin. En vue des nombreuses réactions au niveau des adhérents, un aval pour cette Grande Coalition CDU/CSU-SPD n’est pas du tout certaine.
L’idée n’était pas mauvaise au départ. Soumettre la coalition avec la CDU/CSU à ce vote, cela signifiait une bonne position dans les négociations, avec l’argument «ça, nos adhérents n’accepterons jamais» - mais par l’annonce des négociations en parallèle avec les Verts, Angela Merkel coupe l’herbe sous les pieds des stratèges du SPD. Surtout dans la mesure où chez les Verts, il n’y a pas seulement eu des changements au niveau de la direction du parti, mais également en ce qui concerne une éventuelle coopération avec la CDU/CSU.
Le ministre-président du Bade-Wurtemberg Winfried Kretschmann, considéré comme le «Vert le plus noir», fera partie non seulement de la délégation qui menera les discussions avec la CDU/CSU, mais il a gagné un grand poids au sein des Verts. Entre temps, même la candidate Katrin Göring-Eckhardt demande «à ce que les négociations soient menées avec sérieux», probablement dans une dernière tentative de s’assurer un poste dans la nouvelle configuration du bureau des Verts. Peu avant les élections, Göring-Eckhardt avait encore exclu, dans une interview accordée à euroJournal, toute négociation avec la CDU/CSU après les élections...
Angela Merkel, elle, a le choix. C’est elle qui tient les ficelles, surtout dans une situation où la gauche allemande est en proie du doute et n’ose pas prendre le pouvoir, malgré une majorité mathématique au Bundestag et une courte majorité au Bundesrat. La chancelière peut choisir entre la Grande Coalition CDU/CSU-SPD, une coalition CDU/CSU-Verts et dispose toujours de l’atout «élections anticipées». Un sondage a démontré cette semaine qu’en cas d’élections aniticipées, les partis de gauche perdraient encore légèrement, que les eurosceptiques de l’AfD entreraient au Bundestag et que la CDU/CSU gagnerait encore davantage. Ces chiffres obligeront autant le SPD que les Verts à négocier, en effet, sérieusement avec la CDU/CSU pour éviter de prendre le risque de couler davantage lors d'élections anticipées.
Les négociations qui commencent cette semaine, pourront durer. Du moins aussi longtemps que la chancelière en aura envie. Après, elle prendra sa décision et les choses iront assez vite - il ne faut pas oublier que les électeurs allemands ont transformé l'Allemagne en «Merkelland»...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau