Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 22 sept. 2013

Nur die Grünen schlafen nicht…

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui reste à prouver... © KL / eurojournal

(Berlin, KL) – Überraschung, die Berliner Luft am Vorabend der Bundestagswahl brennt nicht. Sie knistert nicht einmal. Die Hauptstadt beschäftigt sich mit ihren Touristen, am Potsdamer Platz hat niemand Lust, auf Fragen zu den Wahlen zu antworten. Bis auf einen Berliner Taxifahrer, der prophezeit, dass die Wahlbeteiligung in Berlin sehr gering sein wird. „Weeste, morjen is verkoofsoffna Sonntach – da können die Verkäuferinnen alle schon mal nich zur Wahl jehn…“. Ansonsten ist die großartige Inszenierung des Potsdamer Platzes offensichtlich für alle Besucher interessanter.

Ortswechsel. Vor der CDU-Zentrale lächelt die Kanzlerin von einem gigantischen Plakat milde auf die Berliner. Vor dem Gebäude, eine schier endlose Reihe von Übertragungswagen. Alles bereitet sich auf ein langes Medienevent am heutigen Sonntag vor. Business as usual. Kabel werden verlegt, Equipment wird gecheckt, es wird gearbeitet. Über die Wahlen zu sprechen interessiert hier niemanden. Es wäre das gleiche, wenn hier morgen ein Staatsbesuch oder ein Rockkonzert wäre.

Weiter zum Breitscheidt-Platz. Immerhin haben die Grünen ihre Aktion „72 Stunden ohne Schlaf“ bundesweit angekündigt. Die Glaskuppel vor der Gedächtniskirche ist zwar nur ein durchsichtiges Plastikzelt, aber immerhin wird hier so etwas Wahlkampf gelebt. Wirklich? Dann wieder doch nicht – Zutritt haben nur Parteifreunde, also diejenigen, die es jetzt wirklich nicht mehr zu überzeugen gilt. Der muskelbepackte Türsteher, der so wirkt, als habe man ihn direkt von der Tür einer Szene-Disko engagiert, will von Presseausweis und ähnlichem nichts wissen. Aber Wahlkampf nur für die eigenen Mitglieder? So etwas kann sich doch eigentlich nur eine Partei leisten, die das Gefühl hat, bereits genug Wählerinnen und Wähler zu haben… egal, immerhin war dies die erste echte Spur dieses Wahlkampfs. Besser als nichts.

In den Außenbezirken sieht man natürlich Wahlplakate. Jede Menge sogar. Mit den Slogans, die uns schon in den letzten Wochen nicht so richtig hinter dem Ofen vorgelockt haben. Das ist also der Vorabend der so wichtigen Bundestagswahl in der Hauptstadt. Würde heute Hertha BSC nicht in Freiburg, sondern in Berlin spielen, wäre in der City sicherlich mehr los. Aber vielleicht steigt die Spannung ja heute im Laufe des Tages doch noch. Spätestens aber ab 18 Uhr – denn so gelangweilt Berlin dieser Wahl entgegen dämmert, so spannend könnten heute die Ergebnisse werden. Und vielleicht kommt dann doch ein wenig Wahlstimmung in der Hauptstadt auf…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan