Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 23 sept. 2013

L’Allemagne se range derrière «Mutti»

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'Allemagne vivra "Mutti 3.0"... © (c) euroJournal / KL

(KL) – Les élections législatives en Allemagne ont propulsé Angela Merkel dans une nouvelle dimension de sa carrière politique. Si les résultats définitifs ne sont pas encore disponibles, il est déjà clair que la chancelière sortante a remporté une victoire sans précédent – avec 41,8% (estimation à 00h09), «Mutti» frôle la majorité absolue (il ne manque que deux sièges à la CDU pour obtenir la majorité absolue). Puisque son «partenaire junior», les libéraux du FDP, ont loupé la barre des 5% et ne seront, par conséquent, plus représentés au nouveau Bundestag, la chancelière doit et peut maintenant tranquillement choisir un autre partenaire de coalition.

Tout semble indiquer que l’Allemagne sera désormais gouvernée par une «Grande Coalition» CDU/SPD, car cette coalition serait la plus stable et permettra à Angela Merkel de dominer son partenaire à volonté. Si théoriquement, une coalition CDU-Verts serait également possible, cette option est peu probable. Pourquoi prendre le risque d’une expérience inédite au niveau fédéral, si Angela Merkel peut gouverner en muselant dans la politique de tous les jours son adversaire le plus important, le SPD (25,6%) ?

Les perdants historiques de ces élections sont les libéraux du FDP. En perdant environ 10% de leur électorat de 2009, les libéraux n’obtiennent que 4,8% et sortent ainsi du Bundestag. Presque le même score (4,7%) pour l’AfD – les eurosceptiques réalisent ainsi un score inattendu, mais se neutralisent mutuellement avec le FDP : les deux partis recrutent leurs électeurs dans le même groupe cible, ce qui a fait que tous deux ne seront pas représentés au Bundestag.

Die Linke (8,4%) et les Verts (8,5%) se situent presque au même niveau, mais pour les Verts, ce score constitue une petite catastrophe. Il y a deux ans, ils n'avaient non seulement gagné les élections dans le Bade-Wurttemberg, mettant un terme à 58 ans de reigne CDU, mais ils était alors crédités bien au-dessus des 20% des intentions de vote au niveau fédéral. Mais des sujets de campagne étranges comme le «Veggie Day», le projet d’une journée végétarienne obligatoire dans les cantines allemandes et, il faut le dire, en choisissant deux candidats ternes et peu charismatiques (Katrin Göring-Eckhardt et Jürgen Trittin), ont causé ce résultat qui ne peut pas satisfaire les Verts.

Les Pirates, avec leur 2,1%, estiment que ce vote constitue un «coup de pied au cul» - pour un parti crédité à 14% il y a un an, l’expression semble adéquate. Mais tout cela est secondaire – maintenant, Angela Merkel fera la fête et se mettra ensuite à discuter avec ses partenaires potentiels. A moins que les résultats définitifs qui tomberont pendant la nuit ne lui donnent encore la majorité absolue, ce qui pourrait théoriquement se produire. Dans tous les cas de figure, le prochain gouvernement allemand sera conduit, comme les deux précédents, par Angela Merkel.

Pour l’Europe, ce résultat ne signifie rien de rassurant. Conforté par ses compatriotes, Angela Merkel n’a aucune raison de revoir sa copie européenne. Ce qui a incité le Président du Parlement Européen Martin Schulz (SPD) à prôner la «Grande Coalition», histoire de préserver les derniers éléments socio-démocrates dans la politique allemande.

Ce qui sépare Angela Merkel encore d’un trop plein de pouvoir, c’est la deuxième chambre législative allemande, le Bundesrat. Lors des élections régionales en Hesse, organisées hier en parallèle des élections législatives, la CDU a connu la même mésaventure qu’au niveau fédéral – elle a perdu son partenaire, le FDP, qui n’entrera plus non plus à la diète de Wiesbaden. En Hesse, une majorité SPD-Verts, éventuellement aidée par Die Linke, pourrait renverser le Ministre-Président Volker Bouffier (CDU), confortant ainsi la majorité rouge-verte au Bundesrat. Toutefois, Bouffier semble déterminé – il veut établir une nouvelle coalition avec le SPD ou les Verts qui eux, pourraient avoir besoin du soutien des Die Linke, chose peu évidente, puisque le SPD refuse catégoriquement toute coopération avec Die Linke.

Dès aujourd’hui, les discussions commencent entre les partis à Berlin et à Wiesbaden, avec une seule certitude. L’Allemagne, l’Europe et le monde vivront un «Merkel 3.0» – donc, rien de nouveau à l’ouest.

Suivez l'actualité franco-allemande aussi sur www.eurojournal.net !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement