Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 1 avr. 2020

Sibeth, mon amour

Ceux qui ne cessent de critiquer la porte-parole du gouvernement n'ont rien compris à son rôle, au personnage et à la mission qu'Emmanuel Macron lui a confiée...

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pensez-vous qu'il est facile de sortir tous les jours des énormités ?! © Enrique Prazian / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 4.0int

(KL) – Les Français sont durs avec Sibeth N'Diaye, la porte-parole du gouvernement. La dame remplit une mission extrêmement difficile : divertir les Français à un moment de crise prolongée (même si nous avons tendance à l'oublier au milieu de la corona-crise, mais la France se trouve déjà en crise sociale profonde depuis le mois de novembre 2018) et pour ce faire, cette femme hautement intelligente doit sans arrêt faire semblant d'être d'une bêtise sans nom. Vous pensez que c'est facile d'inventer tous les jours une énormité digne du bêtisier politique en fin d'année ?

Actuellement, on peut lire des choses comme « Sibeth – si bête » et d'autres insultes à l'égard d'une femme hautement instruite, diplômée et intelligente et on lui fait tort. Titulaire d'un DESS en économie publique, spécialité économie de la santé, elle a dû prendre sur elle pour raconter face aux caméras que les masques de protection ne servaient à rien, qu'elle-même ne serait pas en mesure d'en placer un sur son visage. Non, mais, vous vous rendez compte ? C'est comme si on demandait à Franck Ribéry de faire semblant de ne pas savoir jongler avec un ballon !

Sibeth N'Diaye est la matérialisation de l'humour d'Etat en Macronie. Toujours méprisant, toujours hautain, toujours présent lorsque l'on pense avoir touché le fond. Mais détrompez-vous, il ne s'agit pas, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, de « dérapages », mais d'un travail intense et difficile. Combien d'heures, pensez-vous, étaient nécessaires pour trouver « La meuf est dead » à l'occasion du décès de Simone Veil et ce, sous la pression du temps ? Il convient de lui tirer le chapeau, car pour sortir des choses pareilles, il faut d'abord les trouver.

La porte-parole du gouvernement se sacrifie pour la France, pour Emmanuel Macron, pour le gouvernement. Elle travaille jour et nuit, elle passe « au front » pour nous expliquer ce que nous sommes en train de vivre. Et là, il faut être reconnaissant – on ne se serait jamais rendu compte, sans son engagement sans faille, que nous sommes confinés. On aurait continué à sortir, à nous faire la bise, à nous serrer la main, mais grâce à Sibeth N'Diaye, nous savons maintenant que nous sommes confinés. Alors, arrêtez de vous moquer et appréciez plutôt ce qu'elle fait pour nous tous.

Sans elle, on aurait continué à croire que les masques de protection peuvent protéger. Sans elle, on aurait pu croire que la pénurie de ces masques (et d'autres produits de protection) aurait été grave, on aurait même pu finir par penser que le gouvernement ne gère pas la situation de manière proactive et professionnelle, et cela aurait même pu engendrer une perte de confiance en ce gouvernement. C'est grâce à Sibeth N'Diaye que nous savons aujourd'hui que l'approvisionnement en masques ne constitue pas du tout une priorité dans cette situation et donc, que la pénurie ne pose aucun problème.

Réclamer qu'elle soit virée et remplacée, c'est d'une part un manque de reconnaissance bas et vil vis-à-vis d'une personne qui est là pour nous protéger du mal de ce coronavirus, et d'autre part, ne dites pas qu'il serait mieux d'avoir Manuel Valls à sa place. Peut-être Benjamin Griveaux qui, lui, a déjà fait preuve de son expertise dans le maintien de relations sociales à distance, mais tout compte fait, on est beaucoup mieux avec Sibeth N'Diaye.

Quand tout cela sera fini, virez qui vous voulez, mais s'il vous plaît, gardons Sibeth N'Diaye. La France ne peut pas se passer de ses compétences, de son empathie et de son sens de la stratégie et du timing. Remercions le ciel de nous avoir envoyé Sibeth N'Diaye, à un moment où nous avons vraiment besoin d'elle. Merci, Sibeth, pour tout ce que vous faites pour ce pays éprouvé. Merci. Merci.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry