Lettre ouverte aux électeurs français - on se fait du souci…

La triangulaire 2017 qui se dessine entre Hollande, Le Pen et Sarkozy inquiète l‘Europe - mais où va la France ? N‘a-t-on rien appris de l‘Histoire ?

Candidat ? Lui ?! © Guillaume Paumier / Wiki Commons Candidat ? Lui ?! © Guillaume Paumier / Wiki Commons
La triangulaire 2017 qui se dessine entre Hollande, Le Pen et Sarkozy inquiète l‘Europe - mais où va la France ? N‘a-t-on rien appris de l‘Histoire ?

 

(KL) - Chers électeurs et électrices français, si je pends aujourd‘hui la liberté de m‘adresser à vous, c‘est par amour pour votre pays, votre culture, vos valeurs universelles et par crainte que soyez sur une voie que nous autres allemands ont déjà emprunté dans le passé - à l‘époque, nos aïeux avaient poussé le monde dans une catastrophe sans précédent.

Depuis un bon moment, nous suivons les succès électoraux de Marine Le Pen, qui, portée par vos «votes sanction», voit son mouvement propulsé sur l‘avant de la scène politique et forcément, nous pensons à 1932 et la fin de la République de Weimar. A l‘époque, les Allemands avaient également pratiqué le «vote sanction» contre une caste politique incapable de résoudre les problèmes politiques de l‘Allemagne. Aujourd‘hui, nous avons le sentiment que vous êtes en train de reproduire cette même erreur historique.

Le fait que les conservateurs de l‘UMP aient élu Nicolas Sarkozy comme président du parti et très certainement comme candidat à l‘élection présidentielle en 2017, ne fait qu‘augmenter cette crainte. 2017 se présentera comment, alors ? François Hollande n‘aura aucune chance de faire un deuxième mandat, tellement il a déçu les Français. Inutile de discuter les raisons de son échec, l‘héritage laissé par celui qui revient maintenant, malgré sa promesse de ne plus s‘immiscer dans la politique française, le contexte global difficile et le reste - François Hollande n‘aura pas livré ce qu‘il a promis. Les sondages sont clairs - Hollande est considéré comme le président le plus faible de toute la Ve République. Par conséquent, il ne passera pas une deuxième fois.

Et Nicolas Sarkozy ? Hormis ses multiples procédures juridiques, les scandales à répétition, les procès passés et à venir, il a été élu à la présidence de l‘UMP. Un président qui avait échoué lors de son mandat se présente comme «la nouvelle alternative politique» pour la France. Et 64,5% des adhérents de l‘UMP ont envie de le croire. Si seulement vous saviez, chers électeurs et électrices français, comment Sarkozy est considéré en dehors de l‘hexagone… un peu comme Louis de Funès, l‘aspect comique en moins. Mais certainement pas comme celui qui serait capable de redresser la France.

Donc, vous vous dirigez tout droit vers le FN et Marine Le Pen. Et là, nous commençons à avoir peur. Car après la IIe Guerre Mondiale, nous autres Allemands ont du faire tout un travail, souvent difficile, sur l‘émergence du fascisme et les conséquences d‘une telle évolution. Et si, par la force des choses, les Allemands étaient obligés d‘effectuer cette analyse, nous avons heureusement retenu notre leçon.

Le fascisme se construit sur la base de certains éléments qui aujourd‘hui, sont presque tous réunis. A commencer par un contexte international difficile, une crise économique à l‘échelle mondiale. Ce qui a commencé par les Lehmann Brothers de nos jours, est comparable au krach boursier à la fin des années 20 du siècle dernier. La crise économique en France, avec un chômage important, est le deuxième élément. Lorsque une bonne partie de la population passe à travers les mailles du filet social, cela crée une ambiance explosive. Lorsque les gens ont l‘impression de n‘avoir plus rien à perdre, ils s‘orientent vers les extrêmes de la politique, ces extrêmes qui promettent un meilleur équilibre social, qui miroitent des possibilités d‘avancement rapide aux adhérents à leurs idées.

En troisième, il convient de citer la frustration politique. Si vous regardez ce qui s‘est passé en Allemagne à l‘aube de l‘arrivée des Nazis au pouvoir (par le biais d‘élections démocratiques !), vous constaterez que la République de Weimar était marquée par une poignée d‘hommes politiques, qui, sous différents gouvernements et en s‘échangeant les portefeuilles de ministres, échouaient collectivement. Ce qui ne les a pas empêché de se présenter et de se représenter sans cesse aux élections, jusqu‘à ce que les Allemands aient fini par voter pour le NSDAP, plus par désespoir que par conviction. L‘erreur fatale était commise et le résultat était là. Il faudra être extrêmement vigilant que la France ne fasse pas pareil en 2017.

Chers électeurs et électrices français, il est encore temps. D‘ici 2017, il devrait être possible, dans l‘ensemble des partis dits populaires, de trouver d‘autres candidats, plus jeunes, moins usés, des talents politiques qui n‘ont pas déjà échoué depuis plusieurs décennies dans tous les postes qu‘ils ont déjà occupés. Que ce soit l‘UMP, le PS ou le MoDem - dans vos rangs, vous comptez des hommes et des femmes intelligents, de vrais talents politiques, mais les partis leur barrent systématiquement le chemin. Cela, il faut en être conscient, pousse l‘électorat vers l‘extrême-droite.

S‘il vous plait, chers Français, réveillez-vous ! En 2017, la France aura un choix crucial à faire, et vous ne pourrez pas laisser les clés de votre magnifique pays à une formation politique qui veut isoler la France dans un nationalisme d‘avant-hier, qui, dans un monde globalisé, veut réduire la France à un ilot isolé, qui a déjà défini une minorité de la population comme bouc-émissaire pour la crise actuelle.

Pour éviter une telle évolution, il faut mettre la pression sur les partis démocratiques pour que ceux-ci s‘ouvrent à la raison. La politique n‘est pas une entreprise où l‘ancienneté est le seul qualificatif pour devenir candidat ou candidate. Chassez les vieux crocodiles qui se présentent depuis des décennies comme des «porteurs d`espoirs», tout en ruinant les espoirs de la jeunesse française de pouvoir mener une vie digne et positive. Osez limoger les «has-been» et ouvrez la voie vers une société moderne qui défend les Droits de l‘Homme et non pas un nationalisme anachronique n‘ayant plus rien à voir avec le monde d‘aujourd‘hui.

Le retour de Nicolas Sarkozy est un signe de désespoir - et la génération de nos grand-pères a déjà commis l‘irréparable. Si nous commémorons cette année les 100 ans du début de la Grande Guerre, les 70 ans du Débarquement, il ne suffit pas d‘organiser des parades, des débats et de poser des gerbes - il faut tirer les conclusions de l‘histoire européenne et essayer de ne pas commettre les mêmes erreurs ayant couté la vie à 40 millions d‘hommes et de femmes le siècle dernier.

Amis français, réveillez-vous !

Avec tout l‘amour que je porte pour votre pays, respectueusement.

Kai A. Littmann
Rédcateur en chef
Eurojournalist.eu

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.