Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 3 sept. 2019

De la prison ferme pour avoir transporté de la «littérature gauchiste»

Les trois jeunes Allemands condamnés à 2 et 3 mois de prison ferme dans le cadre du sommet G7, pour avoir transporté de la « littérature gauchiste », font l’objet d’une procédure honteuse. Les parents viennent de lancer un appel désespéré.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voilà le souvenir que les trois jeunes Allemands garderont de leur séjour en France. Un scandale. © Rabbijacobs / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 4.0int

(KL) – Même le juge ne pouvait pas retenir l’accusation de la police que ces trois jeunes Allemands avaient « porté des armes » lors de leur arrestation à l’occasion d’un contrôle près de Biarritz la veille du sommet G7. Les trois ont été condamnés en référé pour « création spontanée d’un groupe pour préparer des actes violents » – la « preuve » – ils avaient de la « littérature gauchiste » dans le véhicule. A défaut de pouvoir maintenir que les trois transportaient des armes, il fallait donc construire un chef d’accusation, priver ces jeunes d’une procédure digne d’un état de droit, et cette condamnation est une farce. Mais une mauvaise farce qui prive ces trois jeunes de leur liberté. Fallait-il justifier la présence d’un appareil de sécurité surdimensionné au G7 en statuant un exemple sur trois jeunes touristes qui étaient sur la route vers les vacances en Espagne ?

Les parents des trois, angoissés pendant de longs jours de rester sans nouvelles de leurs enfants et qui avaient craint un accident de la route, viennent d’écrire une lettre ouverte en expliquant ce qui s’était réellement passé. Les trois faisaient partie d’un groupe de 10 jeunes qui partaient en plusieurs voitures pour passer des vacances de camping sur la côte basque en Espagne. Après que leur voiture n’était pas arrivée à destination, leurs amis ont fini par apprendre que les trois avaient été arrêtés lors d’un contrôle à hauteur de Biarritz et condamnés en référé à 2 et 3 mois de prison ferme.

Suite au jugement, les trois jeunes âgés, de 18 à 22 ans, ont immédiatement été séparés et incarcérés dans trois prisons différentes sans qu’on les autorise d’en informer les parents. L’Ambassade allemande à Paris, contactée par les parents, a d’abord déclaré que les trois « ne souhaitaient pas de contact », mais en vue de l’énormité de cette déclaration, elle a, selon ses dires, finalement essayé de les contacter – en vain. L’Ambassade allemande ne reçoit pas d’information quant au devenir de trois de ses ressortissants incarcérés en France ?! Interpellé par les parents, un député allemand a, de son côté, essayé d’établir un contact, mais les autorités françaises lui ont signifié que ceci n’était possible que par voie postale et que le traitement d’une telle requête allait prendre au minimum trois semaines.

Seul le plus jeune des trois a été autorisé à écrire une lettre à ses parents ; aucun contact téléphonique n’a été autorisé. Par hasard, les parents viennent d’apprendre que le délai pour un appel contre ce jugement scandaleux a expiré le 2 septembre, ce qui a également privé ces jeunes de la possibilité de faire appel contre leur condamnation. Inutile de souligner que les autorités ont refusé que les parents fassent accompagner ces jeunes par un avocat choisi par les parents.

Une condamnation de trois jeunes pour avoir « transporté de la littérature gauchiste », cela fait penser à la RDA pendant ses pires d’années. L’accusation que ces jeunes auraient « transporté des armes » a dû être invalidée par le juge, pour la simple raison qu’elle était fausse. Refuser à ces jeunes les droits les plus fondamentaux au cours de cette procédure (traducteur impartial, droit à un avocat de son choix, interdiction de contacter et d’informer leurs parents etc.), cela est honteux.

En cliquant sur le lien en bas de l’article, vous pourrez lire l’intégralité de la lettre ouverte de ces trois jeunes, toujours incarcérés en France, séparés les uns des autres comme des terroristes. A défaut de combattre les casseurs qui sévissent depuis de longs mois en France, les autorités françaises mènent maintenant une guerre contre de jeunes touristes étrangers ?

Il convient de libérer ces trois jeunes immédiatement, de les dédommager et de leur présenter des excuses. Ils ne sont pas victimes d’une erreur judiciaire, mais d’un mécanisme de répression qui donne à réfléchir. Mais où va-t-on ?

Vous trouverez la "Lettre Ouverte" des parents des trois jeunes en cliquant sur CE LIEN (en langue allemande).

* NOTE : Je l’avoue publiquement, j’ai commis certaines imprécisions dans cet article que je vais, grâce au soutien du lecteur Edgar, rectifier. La raison de ces imprécisions qui semblent inquiéter certaines personnes ayant commenté plus que les faits en eux-mêmes, est mon manque de maîtrise de la terminologie juridique française, pas toujours évidente pour un journaliste étranger. Donc, un grand merci à Edgar qui me permet de progresser, toutes mes excuses pour les imprécisions que je rectifie donc comme suit :

Le délit qui a été retenu contre ces trois jeunes s’appelle « participation à un groupement formé en vue de commette des dégradations ou des violences » et non pas, comme j’ai bêtement traduit, « création spontanée d’un groupe pour préparer des actes violents », chef d’accusation qui n’existe pas dans la langue française.

Les trois ont été jugés en « comparution immédiate » et non pas en « référé ».

Edgar souligne un point que j’avais omis – leur peine est assortie d’une interdiction administrative du territoire français pour 5 ans.

Personne n’est parfait, surtout pas moi, et je m’excuse pour ces imprécisions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report