Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 4 avr. 2016

«Dis, Papa, tu as fait quoi pour empêcher ça ?»

Aujourd’hui, l’Union Européenne commence à mettre en œuvre le «troc» des réfugiés avec la Turquie. Malgré les protestations de toute part, l’UE commet un crime contre l’humanité.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils pensaient être arrivés en sécurité - l'UE les renvoie dans la gueule du loup. © Ggia / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 4.0int

(KL) – Tout ce qui se passe à partir d’aujourd’hui entre l’Union Européenne, la Grèce et la Turquie, se passera en notre nom. A partir d’aujourd’hui, l’Union Européenne renvoie tous les réfugiés qui arrivent «illégalement» depuis la Turquie en Grèce vers la Turquie où ils seront enregistrés et transférés dans des camps de réfugiés. Pendant que l’Union Européenne ferme les yeux quant au devenir de ces réfugiés renvoyés, elle accueillera jusqu’à 72000 réfugiés syriens qui auparavant, avaient été dûment enregistrés en Turquie. Ce «troc de la honte» commence donc aujourd’hui et les rapports d’Amnesty International qui relèvent que la Turquie renvoie massivement des réfugiés syriens vers la Syrie, irritent. Il convient de se souvenir que ce «troc de la honte» et tout ce qui se passera autour, aura été décidé par des gens pour lesquels nous avons voté. Nos gouvernants. Nos élus. Nos députés. Et il vous faudra quoi encore pour comprendre que nous votons systématiquement pour ceux qui ne méritent ni nos votes, ni notre confiance ?

Mettez-vous une seconde à la place de quelqu’un qui vient de fuir son pays parce qu’il y a la guerre. Vous arrivez, chose déjà assez difficile, dangereuse et onéreuse, jusqu’en Turquie. Là, vous vous rendez compte que vous courez le risque d’être envoyé dans un camp comme Erzugum, l’un de ces camps d’où la Turquie renvoie des réfugiés syriens vers la Syrie, ce qui constitue donc le retour dans la guerre. Vous faites quoi alors ? Un passeur d’hommes vous propose de vous conduire en Grèce, en terre promise, en Europe où vous pensez que seriez en sécurité, car en Europe, on respecte les Droits de l’Homme, les Conventions de Genève, votre statut de rescapé de la guerre. Vous payez donc ce passeur d’homme qui vous transporte sur une embarcation de fortune sur une île grecque. Là, on vous interne pour vous renvoyer immédiatement vers la Turquie. Sans procédure particulière, sans que vous ayez la possibilité d’avoir recours à un soutien juridique, sans qu’on regarde votre cas particulier. En Turquie, des camps comme Erzurum et le retour vers la Syrie vous guettent. Voilà la réalité à partir d’aujourd’hui. Sans parler des réfugiés qui arrivent depuis l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan etc. qui eux, n’ont désormais aucune chance d’arriver en Europe qui elle, ferme aujourd’hui ses portes et laisse le soin de «trier» les réfugiés à la Turquie d’Erdogan.

La Turquie d’Erdogan. Un pays où le gouvernement malmène les droits fondamentaux. Où on enferme ceux qui osent critiquer le leader monolithique turc. Où le gouvernement mène une guerre civile à une partie de sa population. Où le gouvernement a installé des camps où sont concentrés des réfugiés avant d’être renvoyés dans la zone de guerre en Syrie. Où les médias sont censurés et mis sous pression en permanence. Où des journalistes critiques se retrouvent assassinés ou en prison. Où des communautés comme les homosexuels sont poursuivies. Où même les Nations Unis ont des doutes sérieux s’il s’agit d’un «état sûr».

Ne dites pas «ah, c’est vraiment trop bête», car ce «troc de la honte» a été mis en œuvre en votre nom. Par des politiques qui se dédouanent en disant qu’ils le font parce que vous l’aurez voulu. Vous avez vraiment voulu ça ? Vous voulez vraiment forcer des gens qui fuient la guerre en Syrie à devoir traverser la Méditerranée dans des bateaux de fortune ? Vous voulez vraiment que bon nombre d’entre eux se noient pendant cette traversée plus que périlleuse ? Vous voulez vraiment voir encore davantage de photos comme celle du petit Aylan noyé sur une plage en Turquie ? Admettons que vous pensez «non» – posez-vous alors la question pour qui vous avez voté récemment. Pour l’un des partis qui ont participé à la mise en œuvre de cet accord entre l’UE et la Turquie ? Ou pour un parti qui n’a pas tout mis en œuvre pour empêcher cela ?

Aujourd’hui commence le «carrousel de la mort» pour les réfugiés syriens. Il faut le stopper, il faut rendre à ces victimes de la guerre leur dignité humaine. Et on pourrait faire beaucoup mieux que de les renvoyer dans le désastre qu’ils viennent de fuir. Bien sûr, il faut enregistrer les réfugiés à leur arrivée en Europe, déjà pour éviter à ce que des terroristes ne puissent s’infiltrer cachés dans le flux des réfugiés. Mais pour qu’ils puissent arriver en sécurité en Europe, il faut immédiatement ouvrir ce «corridor sûr» que demandent non seulement les Nations Unis, mais toutes les ONGs qui travaillent sur la question. Ensuite, une fois les réfugiés enregistrés, il faudra les distribuer sur les états-membres.

Pour ceux qui ne veulent pas en accueillir, il faudra immédiatement suspendre les flux d’argent de Bruxelles, suspendre leur droit de vote dans les institutions européennes et prévoir leur exclusion de l’Union Européenne. Avec une telle détermination, nul besoin de renvoyer ces réfugiés dans la gueule du loup, nul besoin de payer 6 milliards d’euros à un dirigeant dont les relations avec Daesh ne sont pas claires.

Dites-vous bien que L’Europe n’appartient pas à la seule caste des politiques, cette Europe est la nôtre. Et puisque nos (ir-)responsables la malmènent comme ils le font, il ne faut plus jamais renouveler leur mandat. Il y a actuellement des mouvements extraparlementaires et de nouveaux partis qui se forment et qui défendent l’idée d’une Europe solidaire, sociale et humaniste – donnez-leur une chance. Ceux qui veulent s’engager pour un avenir humaniste de notre continent ne pourraient en aucun cas faire pire que ceux qui sont en place. Au contraire. L’Europe se trouve à un carrefour historique et VOUS avez les cartes en main ! Changez vos habitudes électorales – faites l’effort de vous informer sur ce que vous proposent les nouveaux partis qui se mettent en route actuellement. Laissez tomber les PS-SPD-UMP-CDU-AFD-FN – ce sont eux qui commettent ce crime contre l’humanité qui commence aujourd’hui entre l’Union Européenne et la Turquie. Aujourd’hui est un jour de honte pour nous autres européens et vous, qu’allez-vous répondre lorsqu’un jour, vos enfants vous poseront innocemment la question «Papa, tu as fait quoi pour empêcher ça ?»…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis