Je suis Charlie : L'Allemagne pleure avec la France

L'attentat de Paris n'a pas seulement choqué la capitale française et la France, mais aussi l'Europe et le monde entier. A Berlin, les gens ont calmement manifesté devant l'Ambassade de France.

Toute l'Europe pleure les victimes de Paris. Toute l'Europe pleure les victimes de Paris.
L'attentat de Paris n'a pas seulement choqué la capitale française et la France, mais aussi l'Europe et le monde entier. A Berlin, les gens ont calmement manifesté devant l'Ambassade de France.

(KL) – Les terroristes ayant commis l'attentat de Paris se sont attaqués à la fois la France, à la Liberté de la Presse, à la Démocratie, mais aussi à toute l'Europe. De nombreux Allemands et Français vivant dans la capitale allemande se sont rassemblés sur la Pariser Platz qui jouxte la porte de Brandebourg pour y exprimer leur sympathie avec les victimes de l'attentat sur «Charlie Hebdo». L'indignation et la solidarité dépassent les frontières aujourd'hui.

En Allemagne aussi, nous pleurons ces artistes connus également outre-Rhin comme Wolinski ou Cabu, mais aussi les gens qui avaient le malheur de passer par là. Nous pleurons, impuissants face à cette attaque sur la démocratie, sur la liberté d'expression, sur la liberté de la pensée, sur la liberté de la croyance. Et c'est exactement maintenant qu'il ne faut pas céder à la haine, à la généralisation, à la recherche d'un bouc émissaire. En Allemagne, les générations précédentes ont vécu exactement cela – et nous savons tous comment cela s'est terminé.

En Allemagne, nous pleurons avec nos sœurs et frères français – non seulement le monde politique s'est montré choqué, mais aussi l'ensemble des grandes fédérations musulmanes, déclarant que ces terroristes «avaient trahi leur religion, trainant les valeurs de l'Islam dans la boue». En même temps, les xénophobes de la «Pegida» se voient confirmés par les évènements - et nous devons désormais solidairement empêcher une crue d'un nationalisme dangereux. La combinaison entre la désignation d'une communauté religieuse comme bouc-émissaire pour tous les maux de la société d'une part et d'une attaque terroriste choquante d'autre part, fait penser à l'Allemagne du début des années 30. L'antisémitisme mélangé à l'incendie du Reichstag constituait un mélange qui devait s'avérer fatal.

Aujourd'hui, jeudi, la France observera une minute de silence. Sur eurojournalist.eu, nous avons invité nos compatriotes allemands à se joindre à cette minute de silence.

Crédit photo : Claude Truong-Ngoc / Eurojournalist(e) / CC-BY-SA 3.0

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.