Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 182 abonnés

Billet de blog 8 déc. 2020

Quand la jeunesse met le turbo…

5 jeunes se sont lancés dans un projet totalement en phase avec ce qu’il se passe actuellement dans le monde. « Liff » répond aux besoins en période de crise, mais aussi après…

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas un groupe de rock, mais une équipe de jeunes qui inventent... © privée

(KL) – Nous venons de vivre le deuxième confinement et aujourd’hui, samedi 28 novembre, les magasins ouvriront à nouveau. Est-ce que cela veut dire que nous avons le plus gros derrière nous ? Non – en vue des mesures sanitaires, il semble logique que nous devrions affronter une troisième vague, une quatrième et ainsi de suite. Pour les commerçants, gastronomes, hôteliers, cela veut dire que leurs besoins ne changeront pas d’aussi tôt – il faut trouver des moyens pour rester en contact avec sa clientèle, il faut maintenir l’activité économique et en même temps, idéalement réaliser une croissance du chiffre d’affaires. Et garder la tête au-dessus de l’eau. Le projet « Liff » des cinq jeunes répond parfaitement à ces exigences et propose une solution qui sera efficace aussi lorsque ces multiples crises seront effectivement consommées.

La solution proposée : une plateforme unique réunissant tous les commerçants strasbourgeois qui souhaitent accroître leur visibilité et continuer de vendre, avant / pendant / après le confinement. Cette solution permet autant la création d’une boutique en ligne ou l’intégration d’une boutique en ligne déjà existante sur une plate-forme qui génère beaucoup plus de trafic qu’une solution individuelle. Le but : valoriser le commerce local par le biais d’une seule plateforme réunissant tous les « click&collect made in Alsace ».

« Liff », c’est d’abord une initiative sortie de la tête de 2 jeunes Strasbourgeois. Tout est parti d’un simple constat - les commerçants en période de confinement ne peuvent pas tous, faute de compétences, de temps, de moyens, mettre en place des plateformes commerciales en ligne. Face à l’explosion de ce genre de services et face à la concurrence des géants du commerce en ligne, deux solutions s’offrent aux petits commerçants : rejoindre l’une des plateformes mise en place par les grands distributeurs, ou payer une entreprise chargée de développer une solution individuelle. Dépendre d’un géant du marché ou dépendre d’un prestataire ?

L'équipe de « Liff » en a décidé autrement. En créant une plateforme pouvant rassembler tous les commerces de Strasbourg en un seul point, ils facilitent la rencontre entre les consommateurs et les commerçants. Cliquer - trouver - commander – récupérer - tout ça en préservant les commerces locaux et l’éco-système qui se cache derrière. En cette période cruciale ou le e-commerce va littéralement exploser, il est important de redonner aux commerçants une visibilité et la capacité matérielle de faire revenir les consommateurs vers eux. En même temps, ce projet permet également aux commerçants participants de réaliser la transition vers le digital, tout en gardant la force et la qualité du commerce local et du circuit court.

Mais ce genre de service doit être assez cher, non ? Pour les commerçants qui ont le courage de prendre une décision rapidement, ce service sera gratuit, en amont du lancement du site destiné au grand public. Les premiers commerçants prestigieux ont déjà confirmé leur participation, comme « La Comtesse de Barry » ou la boutique « Laguiole ». La CCI a déjà signalisé son soutien, tout comme l’ISEG, l’école du digital marketing et de communication qui met déjà des ressources extrêmement importantes et valables à la disposition de ces jeunes.

Beaucoup de gens se posent la question comment le « post-Covid » se présentera. Comment est-ce que le monde sera après ces crises à répétition ? La réponse en est simple – le monde sera ce qu’on en fera. Et il est rassurant de voir qu’une nouvelle génération ne se laisse pas impressionner par les travers de ce monde et de cette époque, ils se lancent avec des projets intelligents et en phase avec le monde d’aujourd’hui.

Chez Eurojournalist(e), nous allons suivre les différentes étapes de la mise en œuvre de ce projet ambitieux et utile et nous serons présents lors du lancement du site de « Liff » pour en informer nos lecteurs et lectrices. D’ici là, on ne peut que souhaiter beaucoup d’énergie à ces jeunes – ce seront eux qui détermineront l’économie de demain !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu