Berlin fête les 25 ans de la chute du Mur

Frontière aux lumières. © Rolf Krahl / Wiki Commons Frontière aux lumières. © Rolf Krahl / Wiki Commons
Les célébrations des 25 ans de la chute du Mur de Berlin étaient certes émouvantes, mais n’ont pas pu cacher le clivage qui existe toujours entre l’Est et l’Ouest.

(KL) - A Berlin, c’est comme dans d’autres métropoles mondiales - quand on y fait la fête, on y fait la fête. De centaines de milliers de personnes venues du monde entier, ont célébré la chute du Mur de Berlin, évènement historique qui, le 9 novembre 1989, mit un terme à la séparation allemande et à la Guerre Froide. Le 9 novembre 1989, la chute du Mur ouvrit la voie vers un autre chapitre dans l’histoire européenne, un chapitre qui donne de l’espoir.

Pour célébrer dignement cette date, les Berlinois avaient installé une «frontière aux lumières» de 15 kilomètres composée de ballons lumineux qui, sur un signal, étaient lâchés dans le ciel berlinois pour symboliser la disparition des frontières.

Toutefois, les derniers jours avaient été marqués par le passage du chansonnier Wolf Biermann au parlement allemand où il «profitait» de l’occasion pour copieusement insulter les élus de «Die Linke», répétant ainsi les critiques formulées par le Président Gluck - visiblement, il y a encore un clivage invisible qui sépare encore aujourd’hui les deux Allemagnes. 25 ans plus tard, on se regarde toujours d’un œil méfiant, l’histoire de la RDA n’est toujours pas gérée.

Les inégalités entre les Länder de l’Est de deux de l’Ouest existent toujours, même si tout le monde tente de harmoniser le niveau de vie entre les deux Allemagnes. Les pères spirituels de cette unification allemande se sont trompés - il fallait bien plus que 10 ou 15 ans avant que les deux Allemagnes ne fassent qu’une. Encore 25 ans ? 50 ans ?

En tout cas, le spectacle à Berlin était beau. Beau et impressionnant. L’Allemagne qui célèbre la liberté - non pas par des défilés militaires, mais à coup de feux d’artifices et d’une chaine de lumières longue de 15 kilomètres qui retraçait mètre pour mètre l’ancien Mur de Berlin. Le tout sous la musique de Daniel Barenboim. Magnifique. Au point que même les discours officiels d’Angela Merkel et de Joachim Gauck ne pouvaient pas déranger la bonne ambiance. C’est pour dire…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.